Technotise: Edit & I

Jaquette DVD de l'édition internationale du film Technotise: Edit & IBelgrade, 2074. Edit, étudiante en psychologie, participe à la thérapie d’un autiste qui aurait écrit une équation permettant de décrire l’univers entier – un algorithme si complexe que tous les ordinateurs sur lesquels on l’a lancé ont planté après avoir développé rien de moins qu’une conscience propre. À coté de ça, Edit se fait implanter une puce pour tricher à un examen et alors que les hallucinations se mêlent à des prouesses physiques surhumaines, elle réalise peu à peu que son corps ne lui appartient plus.

Comme si elle le partageait avec une autre entité : une personne dont elle ne sait rien… et surtout pas les intentions.

Si l’ensemble paraît d’abord familier et évoque une production assez orientée vers un public adolescent, le récit s’oriente vite vers un propos plus que mûr dans la description de cette vie de jeunes gens préoccupés par leurs études et leurs loisirs – des plus simples aux plus extrêmes, voire même franchement dangereux – comme par leurs amitiés et leurs amours – sexe compris – et dont les relations avec leurs aînés s’avèrent souvent difficiles – même si le récit évite avec soin de s’appesantir sur la guerre civile serbo-croate. Mais on y trouve aussi sur le long terme des considérations que ne renierait pas un Mamoru Oshii, voire peut-être même un David Cronenberg, hélas sans une réelle profondeur du propos, ou alors seulement en filigrane…

Il s’agit néanmoins d’une production clairement orientée action et thriller où le suspense joue un rôle prépondérant et où on ne s’ennuie pas une seule seconde : aux épreuves qui tombent sur Edith s’ajoutent l’intervention de sbires d’une organisation qu’on suppose gouvernementale mais aux mobiles néanmoins obscurs – les aficionados d’X-Files : Aux Frontières du réel (Chris Carter ; 1993) apprécieront. Par-dessus le marché, l’auteur fait ici preuve d’un humour certain qui contribue beaucoup à rendre le film sympathique.

En dépit des lacunes de sa réalisation sur le plan de l’animation pure, défaut largement compensé par des graphismes et des designs très réussis, Technotise: Edit & I s’affirme comme une œuvre à découvrir pour son originalité comme pour sa personnalité, et qui laisse augurer du meilleur de la part d’un réalisateur assez atypique.

Maintenant, si les éditeurs français voulaient bien faire l’effort de se pencher sur les productions qui le méritent…

Note :

Ce film est tirée de la BD Technotise de Aleksa Gajić, dessinateur de la série Le Fléau des dieux qui adapte là sa propre œuvre. Il en signe le scénario mais aussi l’animation de nombreuses séquences ainsi que les principaux designs, parmi d’autres éléments.

Le film fut réalisé avec une équipe de 10 à 15 personnes, hors les doubleurs, dans un petit appartement de Belgrade. Il leur fallut plus de cinq ans pour en arriver à bout, pour un budget total d’environ 900 000 $.

Selon le réalisateur, le personnage d’Edit fut étudié pour ressembler à Jessica Alba et à la comédienne, chanteuse et mannequin serbe Nataša Bekvalac.

Technotise: Edit & I (Technotise – Edit i ja)
Aleksa Gajić, 2009
100 minutes

- le site officiel de Technotise: Edit & I (serbe)
– d’autres avis : Twitch (en), Japan Cinema (en), Cyberpunk Review (en)

About these ads

3 Responses to “Technotise: Edit & I”


  1. 1 Mat 6 avril 2012 à 16:00

    Ah, tu attises mon intérêt.. :-)
    le seul problème c’est que l’animé est dispo via amazon mais uniquement en serbe ou en allemand. Ca va pas le faire!!
    Mais, c’est à creuser!

  2. 2 Guilhem 7 avril 2012 à 14:29

    Tu dois bien pouvoir le trouver ailleurs, sur un de ces sites que certains ne veulent pas voir fréquentés par les internautes ; même chose pour les sous-titres…

  3. 3 cb317 27 mai 2012 à 14:40

    Je viens de le visionner sur youtube, heureusement que je comprends le portugais (en étant un, ça facilite comme qui dirait) car ne comprenant ni l’anglais ni l’allemand et encore moins l’audio d’origine en yougoslave, c’était vraiment dommage de ne pas pouvoir en profiter. En effet, plutôt étonnant que des sous-titres français ne soient pas proposés (les serves auraient-ils une dent contre la France ???) Dommage, une perle comme ça se doit d’être découverte et promue par un bouche à oreille mérité…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre e-mail :


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 90 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :