Akira : 20 ans après (6)

Screenshot du film AkiraSommaire du dossier

Introduction

L’œuvre et son auteur
1) Avant Akira

2) Pendant Akira
3) Après Akira

Une œuvre cyberpunk ?
1) Cyberpunk et science-fiction

2) Cyberpunk et Akira (le présent article)

Les personnages
1) Tetsuo Shima

2) Kanéda Shotaro
3) Kay
4) Le Colonel Shikishima

L’image du surhomme
1) Akira et… Akira

2) Akira et Tetsuo

Conclusion et sources

2) Cyberpunk et Akira :

Les premiers éléments cyberpunk du film sautent aux yeux : les personnages principaux de l’histoire sont de jeunes motards qui passent leurs soirées dans un bar mal famé où le patron deale des cachetons, au lieu de rester devant la télé avec papa-maman ; des héros « populaires » donc, dans le sens de « issus de la plèbe » au lieu de hautes écoles bourgeoises, et qui tuent le temps à la lisière de la loi, entre défonce et baston à la manière d’Alex et ses « droogies » dans Orange Mécanique. Puis la ville, cité/usine/dépotoir/post-Hiroshima2, un enfer de béton et de bitume dont les feux étouffent la clarté des étoiles et où les masses laborieuses grondent en silence dans ces rues « qui utilisent les choses à leur façon » et où les gangs règlent leurs comptes dans des soirées d’ultra-violence ; un environnement urbain donc, marque de fabrique du genre cyberpunk, mais où la technologie reste familière, tout à fait reconnaissable, pour souligner que ce futur est proche, terriblement proche, quasi immédiat en fait… Comme dans beaucoup d’oeuvres qui se veulent cyberpunk, Akira c’est juste demain, en 2019 pour être précis, l’année où se déroule Blade Runner, qui reste à ce jour le meilleur exemple du genre sur le grand écran.

À partir de là, les choses commencent à diverger.

Alors qu’on devrait voir sortir des mercenaires ou n’importe quels autres agents à la solde d’une de ces mega-corporations pour lesquelles les dirigeants politiques des nations n’ont aucune signification ni même aucune valeur, ce sont les militaires – à peine entraperçus jusque-là – qui rentrent dans le jeu : des représentants de l’ordre étatique donc, celui que les multinationales sont pourtant censées avoir abattu depuis longtemps.

Puis les choses reprennent une tournure plus respectueuse du genre cyberpunk. Tetsuo subit des manipulations – qu’on suppose génétiques à défaut de réelles explications, hypothèse présentée dans le manga original – au sein des labos de l’armée : entourées de palabres mystérieuses, pour ne pas dire mystiques, au moins un peu, ces opérations vont transformer le cobaye, tant sur le plan physique (modification du corps, et précisément du cerveau) que mentale (développement du pouvoir et de la « volonté de puissance » associée à celui-ci) ; c’est donc l’intrusion de la technologie de pointe au sein de la chair, puis de l’esprit, au moins au sens figuré. Cependant, et c’est un autre point de divergence avec les récits cyberpunk, cette technologie ne fait pas irruption dans le quotidien, elle ne reçoit pas d’applications pratiques dans la vie de tous les jours pour y devenir un objet banal et utilisé par tous : elle demeure exceptionnelle à l’instar de la prothèse bionique qu’utilisera plus tard Tetsuo pour remplacer son bras perdu. De plus, ces expériences menées sur des civils par l’armée – donc l’État, au moins de manière implicite, et pas les « zaibatsu » – évoquent beaucoup plus une réminiscence des légendes urbaines inspirées par les affaires concernant la fameuse Zone 51 ou le projet MKULTRA, sans compter toutes celles dont on ne sait rien, qu’un élément cyberpunk à proprement parler : ces sujets de « la théorie du complot » existaient avant le genre, et l’ont probablement inspiré, au moins un peu, mais il ne les a pas inventés, ils ne font pas vraiment partie de sa marque de fabrique, c’est plutôt un thème « cousin » du cyberpunk.

À l’examen de ces divers éléments, il s’avère que l’étiquette « cyberpunk », peut-être un peu trop vite attribuée à Akira, ne lui convient pas si bien que ça. Si certains éléments du genre y sont bien présents, ils ne suffisent pas à en faire « exactement » une œuvre cyberpunk ; il semble plus juste de dire que ce manga et ce genre entretiennent entre eux des analogies traduisant l’appartenance à un mouvement de pensées et de création typique de l’époque – soit la charnière des années 70/80 – et qu’on retrouve dans beaucoup d’autres œuvres du moment elles aussi inspirées par leur temps. En d’autres termes, si le cyberpunk reste un pur produit de ces  années 80, il n’en est pas l’unique rejeton pour autant, juste un héritier parmi d’autres dont Akira fait aussi partie, à l’instar de films tels que Alien, le 8ème Passager (compagnie qui traite les équipages de ses vaisseaux comme « consommables »), Mad Max (effondrement des valeurs de la civilisation), Terminator (robots identiques aux humains et mus par I.A.) ou Tron (tribulations de programmes conscients dans une sorte de cyberespace) mais aussi de BD comme Ranxerox (androïde conçu à partir des pièces d’une photocopieuse pour servir de partenaire sexuel à la très jeune Lubna), Ronin (résurgence d’un samouraï d’antan dans un New York madmaxien), Le Pêcheur de Brooklyn (vie quotidienne d’une famille moyenne au sein d’une Amérique de demain agonisante) ou Gene Kong (un chercheur transforme son ADN pour survivre dans la jungle urbaine) : ainsi, de même que les cyberpunks et bien qu’il n’en fasse pas vraiment partie, le chef-d’œuvre d’Otomo n’en est pas moins un reflet des fantasmes et des terreurs d’une époque, quoique d’une manière typiquement japonaise comme on l’a vu dans la partie précédente.

Suite du dossier (Les personnages : Tetsuo Shima)

Sommaire du dossier

Introduction

L’œuvre et son auteur
1) Avant Akira

2) Pendant Akira
3) Après Akira

Une œuvre cyberpunk ?
1) Cyberpunk et science-fiction

2) Cyberpunk et Akira (le présent article)

Les personnages
1) Tetsuo Shima

2) Kanéda Shotaro
3) Kay
4) Le Colonel Shikishima

L’image du surhomme
1) Akira et… Akira

2) Akira et Tetsuo

Conclusion et sources

Publicités

13 Responses to “Akira : 20 ans après (6)”


  1. 1 NicK 20 septembre 2011 à 13:33

    « Comme dans beaucoup d’oeuvres qui se veulent cyberpunk, Akira c’est juste demain, en 2019 pour être précis, l’année où se déroule Blade Runner, qui reste à ce jour le meilleur exemple du genre sur le grand écran. »

    Je crois donc comprendre que tu penses que Blade Runner est du cyberpunk. Bien qu’aimant ce film, il n’est pas cyberpunk car il manque toute le coté réseau informatique (ou matrice) et le thème de l’aliénation homme/machine que l’on retrouve dans le cyberpunk (on a une dualité homme/androïde dans BR). C’est un fondateur, une inspiration du genre. Je trouve qu’il ressemble plus à un policier avec le thème de course-poursuite et son histoire d’amour et de rédemption.

    Akira, c’est un peu pareil, c’est un mélange anticipation politique/sociale/… et avec des bouts de hard-science dedans.

    NicK.


  1. 1 Akira : 20 ans après (5) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 11 mars 2010 à 14:07
  2. 2 Akira : 20 Après (1) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 11 mars 2010 à 14:09
  3. 3 Akira : 20 ans après (2) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 11 mars 2010 à 14:10
  4. 4 Akira : 20 après (3) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 11 mars 2010 à 14:10
  5. 5 Akira : 20 ans après (4) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 11 mars 2010 à 14:11
  6. 6 Akira : 20 ans après (7) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 13 mars 2010 à 08:54
  7. 7 Akira : 20 ans après (8) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 15 mars 2010 à 10:31
  8. 8 Akira : 20 ans après (9) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 17 mars 2010 à 13:30
  9. 9 Akira : 20 ans après (10) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 19 mars 2010 à 09:54
  10. 10 Akira : 20 ans après (11) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 21 mars 2010 à 12:16
  11. 11 Akira : 20 ans après (12) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 23 mars 2010 à 13:47
  12. 12 Akira : 20 ans après (fin) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 25 mars 2010 à 10:45

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre e-mail :


%d blogueurs aiment cette page :