Silent Möbius 2: The Motion Picture

A.D. 2024. Katsumi Liqueur vient tout juste de perdre sa mère, emportée par un Lucifer Hawk, des créatures démoniaques venues d’une autre dimension. Après qu’elle ait déposé une gerbe de fleurs sur le lieu du drame, Lebia Maverick, officier de l’AMP, lui donne une sorte de grimoire ayant appartenu au père de Katsumi, lui aussi un puissant magicien avant sa mort. A l’aéroport qui doit la ramener à Hawaï, la jeune femme a la désagréable surprise de voir que son passeport n’est plus valide car sa nationalité a été changée à son insu. Au-dehors, Kiddy et Nami, deux autres représentantes de l’AMP, l’informent qu’elle doit régler le problème avec Rally Cheyenne, la tête de cette brigade de police si particulière. Celle-ci dit à Katsumi qu’elle ne peut pas la laisser partir car l’AMP, mais aussi le monde entier, a besoin d’elle. Katsumi, encore traumatisée par la perte de sa mère, quitte le bureau, hors d’elle et jurant qu’elle n’utilisera jamais de magie. Plus tard, elle fera la rencontre de Yuki Saiko, une jeune femme très gentille que Katsumi ne connait pas mais qui affirme la voir souvent en rêve…

Avec une structure narrative plus classique et une animation un peu moins sophistiquée que sa préquelle, ce film a pour principal intérêt de développer les personnages, leur passé et leurs relations, mais aussi d’étoffer le mystère qui plane sur les Lucifer Hawks, surtout à travers l’exploration de cette part de ténèbres que renferme le personnage de Katsumi.

Est aussi introduite Yuki Saiko, actant majeur de l’histoire dans sa version télévisée et qui jouera ici un rôle fondamental en menant, involontairement, Katsumi dans des lieux qu’elle fréquentait jadis avec sa mère alors qu’elle était encore enfant. Ce sera pour la narration un bon prétexte, certes un peu convenu mais toujours efficace, d’entrer davantage dans le mystère qui unit les Lucifer Hawks à Katsumi et ses parents en dévoilant certains des détails qui ont amené ces créatures sur notre monde… On s’en doute, surtout si on a vu le film précédent, ce qui est conseillé, ce sera là aussi pour Katsumi l’occasion de trouver une raison de rejoindre enfin l’AMP.

Exit les effets pyrotechniques et l’action, place au mystère et à la « magie » de la narration proprement dite : un film de bonne facture doublé d’un sens adroit du suspense, même si un peu trop classique dans sa structure narrative, et à l’ambiance plus subtile – car ne reposant pas presque uniquement sur des images – que le premier. Un « épisode » tout à fait intéressant, donc, qui laisse augurer des événements passionnants mais dont la suite, hélas, ne verra jamais le jour pour les raisons évoquées dans le billet consacré au film précédent.

Note :

Ce film est la séquelle de Silent Möbius: the Motion Picture et la dernière adaptation sur grand écran du manga éponyme de Kia Asamiya.

Silent Möbius 2: The Motion Picture, Yasunori Ide, 1992
Bandai Entertainment, 2008
59 minutes, pas d’édition française à ce jour

Cette chronique fut à l’origine publiée sur le site Animeka

0 Responses to “Silent Möbius 2: The Motion Picture”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre e-mail :


%d blogueurs aiment cette page :