Ashman

Couverture de la première édition française du manga AshmanSven est coureur de Motor Ball, ce sport (bio)mécanique ultra-violent qui subjugue les masses.

Mais Sven est aussi adepte du « crash » : une fois sur le circuit, il finit toujours par perdre le contrôle de son corps artificiel et se plante, parfois à plus de 300 km/h. Par miracle, il survit à chaque fois…

Alors Sven se fait virer de son équipe, et il va trouver réconfort chez son amie Beretta, une prostituée qui lui tire les cartes en lui prédisant un avenir brillant. Il rentre chez lui, heureux.

Mais peu après, Sven apprend que Beretta a été assassinée, certainement par un professionnel du milieu. Pour des raisons inconnues.

Dans quoi a-t-elle trempée pour se faire tuer ainsi ? Et pourquoi Sven sent-il comme une ombre planer sur lui ?

Yukito Kishiro nous livre ici un spin off inattendu de sa série à succès Gunnm à travers une exploration de l’univers du Motor Ball. Dans ce sport de course où la violence règne, les concurrent voient leur crâne connecté à un corps artificiel taillé pour la vitesse et l’endurance ; tout en se débarrassant de leurs adversaires, ils doivent amener la balle jusqu’au bout du circuit… L’hommage aux films Rollerball (Norman Jewinson, 1975) et Les Guerriers du soleil (Alan Johnson, 1986) est assez évident, mais ici augmenté des relents d’un cyberpunk post-apocalyptique au cachet tout à fait personnel et qui a beaucoup contribué à asseoir la réputation de Kishiro.

Planche intérieure du manga AshmanDans cet univers décrépi et rouillé, au carrefour de Mad Max et de Ghost in the Shell (le manga de Masamune Shirow et non son adaptation en film par Mamoru Oshii), la nature humaine elle-même est remise en question à travers l’utilisation généralisée de corps artificiels à la fois plus forts, plus rapides et plus résistants que leur équivalent naturel : un élément essentiel dans ce monde de fureur et de sang où règne la loi du plus fort, du plus habile, du plus rusé – comme une sorte de Far West futuriste où la notion d’ordre social ne tient plus qu’à un fil. En parfait miroir qu’il est de cette civilisation de cauchemar, le Motor Ball sert donc, entre autres, d’exutoire à une population sans cesse aux abois et qui trouve dans la violence du stade un écho de son quotidien.

On retrouve dans ce one shot assez court – quatre chapitres, pas plus – la plupart des trait communs du monde du sport professionnel – devenu une des industries les plus lucratives de la planète, comme chacun le sait – c’est-à-dire un sujet de fiction encore assez original à l’époque où ce manga fut publié au Japon. Ici, Kishiro exploite les excès d’un monde où le compétiteur lui-même n’est plus que prétexte à profits, à travers les exigences d’un public en mal d’idoles et la généralisation des techniques de dopage – souvent à l’insu des concurrents – et où la compétition ne se fait pas que sur le stade mais aussi dans les coulisses – entre des acteurs en costard-cravate qui se prêtent à d’autres jeux mais dont les règles restent floues, sciemment.

Planche intérieure du manga AshmanAussi le trait, ici assez surprenant de la part d’un auteur qui ne nous avait pas habitué à un tel graphisme, ce trait se trouve néanmoins en parfaite adéquation avec le récit et son ambiance de lourdeur grinçante. Si on sent bien une influence de Frank Miller sous ces aplats tout en noir et blanc, et précisément celui de Sin City plus que de Ronin ou de Dark Knight, il faut pourtant moins y voir un « vol » qu’un hommage à ces comics qui ont eu une influence fondamentale sur l’ensemble de la culture manga d’après-guerre (1) ; après tout, ce n’est jamais que le second élément américain derrière cette œuvre précise – après les deux film cités plus haut.

Reste le scénario : s’il est plutôt sommaire, il a au moins le mérite de ne pas s’éparpiller – que ce soit dans des intrigues secondaires ou des détails inutiles – tout en abordant néanmoins des idées de nos jours assez répandues chez le grand public mais à l’époque encore assez discrètes dans le monde de la narration graphique – comme je l’évoquais deux paragraphes plus tôt. On apprécie en tous cas l’ambiance « polar » du récit qui correspond très bien à son univers de métal et de chair mêlés – les deux se trouvant autant à bout de souffle l’un que l’autre – et notamment à travers un personnage principal dont les cicatrices en surprendront certainement plus d’un…

Entre sa facture inhabituelle et ses idées très actuelles, Ashman fait partie de ces œuvres qui méritent le détour, au moins pour découvrir une facette peu connue d’un artiste dont la réputation n’est plus à faire et qui a su demeurer une valeur sûre depuis longtemps.

Couverture de la dernière édition française du manga Ashman

(1) et cette dernière le leur a bien rendu : voir à ce sujet les dernières adaptations en animes ou en manga de personnages de comics, telles que Snikt! de Tsutomu Nihei ou Batman: Gotham Knight, parmi d’autres…

Ashman (Haisha, 1997), Yukito Kishiro
Glénat, 2009 (réédition)
125 pages, env. 10 €, ISBN : 978-2-72347-196-1

le site officiel de l’auteur, chez Glénat.
l’avis d’Ultima Zalem.

Publicités

0 Responses to “Ashman”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre e-mail :


%d blogueurs aiment cette page :