Dragon-Tonnerre

Couverture de la dernière édition française de la BD Dragon-TonnerreArrivées à Motok, Franka et Ava parviennent au terme d’un long périple à rejoindre la Montagne des Dragons. Mais une fois arrivées au sommet, elles y trouveront aussi leur ennemie, qui les menace de son fusil… C’est alors qu’un phénomène d’aspiration les entrainent toutes trois dans la cheminée du volcan éteint au fond duquel vivent des créatures comme le monde n’en a plus vu depuis des millions d’années. Dans cette jungle préhistorique, elles devront s’épauler l’une l’autre pour survivre…

Nos deux héroïnes et leur némésis asiatique ont enfin atteint le Monde Perdu et c’est là que l’aventure prend enfin la tournure qu’attendait le lecteur. À peu près en tous cas, car le concours de circonstances brièvement évoqué dans le synopsis ci-dessus les laisse en fait dépourvues de toutes armes – mis à part les quelques cartouches de leur compagne d’infortune Maï Maï, munitions du reste vite brûlées : d’abord pour repousser les assauts des premiers sauriens géants, et ensuite pour allumer le brasier qui restera leur meilleure défense contre les attaques suivantes.

Planche intérieure de l'album de BD Dragon-TonnerreCar le récit ne reprend ici que le postulat de départ de l’œuvre d’Arthur Conan Doyle évoquée dans le paragraphe précédent : c’est bien d’une histoire de survie dans un monde hostile dont il est question au final – saupoudré d’un petit air de La Guerre du feu pour couronner le tout – mais, et c’est là l’originalité, à travers les tribulations de jeunes femmes au lieu d’hommes aguerris. Sans plus aucune arme que leurs petites mains et leurs cerveaux à la fois bien faits mais aussi bien remplis, nos demoiselles devront apprendre par elles-mêmes tout ce que n’enseigne pas la civilisation moderne mais qui leur sera pourtant indispensable dans ce contexte hors du temps…

C’est ce contraste qui sous-tend chacun de leurs instants, ce qui les pousse à chercher une sortie hors de cet enfer mésozoïque mais aussi, hélas, qui menace de les anéantir à tous moments : pas seulement parce qu’elles ne sont pas habituées aux circonstances, mais aussi parce que leurs souvenirs de la vie du dehors prennent parfois le pas sur leur nouveau quotidien en les exposant ainsi à des dangers qu’elles pourraient mieux éviter si elles étaient plus concentrées sur leur situation actuelle.

Planche intérieure de l'album de BD Dragon-TonnerreMais ceci se traduit aussi à travers les divergences d’intérêt entre chacune d’elle : si deux d’entre elles travaillent activement à trouver une issue à leur situation, la troisième par contre semble tout à fait heureuse de pouvoir étudier in vivo le sujet de recherche que représente ce mésozoïque préservé… Ainsi monte peu à peu la tension, ce qui rajoute d’autant plus de sel à une situation pourtant loin d’être reposante au départ. Et puis, bien sûr, la conclusion de l’album réserve son propre lot de surprises, juste histoire de terminer l’aventure sur une note pour le moins… explosive.

Mais, on s’en doute bien, l’issue du récit sera heureuse malgré tout : il en va ainsi de toutes les aventures – autrement elles seraient des tragédies. Pourtant, elle ne finit pas non plus comme une histoire de Tintin, car en dépit de toute l’affection que porte Kuijpers à l’œuvre d’Hergé, il ne fait pas pour autant partie de la même génération : il est plus moderne, plus nuancé dans son approche des personnages et de leurs relations entre eux, et puis surtout il s’adresse dans ce cas précis à un public plus âgé que celui de ses productions précédentes…

Couverture de la première édition française du tome second de la BD Les Dents du DragonReste les données « scientifiques » de l’histoire : l’auteur nous fait ici une belle démonstration de ses capacités à manipuler des éléments somme toute assez techniques – que ce soit sur la géologie ou la mécanique des fluides  – et qui, même s’ils ne trompent personne, parce que trop sommaires pour être pleinement convaincants, rendent néanmoins son récit bien palpable pour ainsi mieux faire surgir l’aventure dans le quotidien le plus banal.

En renouvelant avec adresse mais aussi une certaine dérision un poncif du récit d’aventure, Henk Kuijpers parvient en l’espace de moins de 50 planches à saisir toute l’essence du genre : le dépaysement, le frisson, la curiosité, l’humour,… Bref, le divertissement. Celui qui continue à habiter le lecteur bien longtemps après qu’il ait tourné la dernière page.

Note :

Cette chronique concerne l’édition française de 1987.

Dragon-Tonnerre, Henk Kuijpers, 1986
Les Humanoïdes associés, juin 2007
46 pages, env. 6 €, ISBN : 978-2-731-61950-8

chronique du tome précédent : Les Dents du Dragon
– d’autres avis : Asteline, Yozone, Bedepolar, Planète BD, 1001 Livres
la fiche de l’album chez Les Humano (avec des planches en couleurs)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre e-mail :


%d blogueurs aiment cette page :