War of the Monsters

Jaquette PAL du jeu vidéo War of the MonstersLes années 50. Des extraterrestres attaquent la Terre et les terriens ripostent avec une arme secrète qui détruit la flotte des envahisseurs. Mais quand les soucoupes volantes s’écrasent au sol, leurs radiations provoquent des mutations dans la faune et dotent de volonté des machines et des statues jusqu’ici inertes. Bientôt, des animaux mutants, des robots géants et des idoles oubliées, tous très agressifs et doués de pouvoirs phénoménaux, se battent entre eux au milieu des villes : c’est… la Guerre des Monstres !

Vous avez bien lu le synopsis présenté ci-dessus en italique : War of the Monsters s’articule tout entier autour du concept pour le moins simple mais tout aussi assurément efficace de rassembler sous un seul et même titre l’ensemble des protagonistes principaux de ces films hollywoodiens de monstres caractéristiques des années 50, en y ajoutant leurs équivalents des productions japonaises de type kaijû ou tokusatsu ; pour être plus prosaïque, il s’agit de faire cohabiter King Kong et consorts avec Godzilla et compagnie pour qu’ils se battent entre eux… Concept certes excitant mais qui n’a rien de réellement nouveau : le King of the Monsters (1991) de SNK proposait déjà ce genre de chose une douzaine d’années plus tôt.

Ce qui n’enlève rien au titre d’Incognito Entertainment pour autant. Surtout que le fossé de douze ans qui sépare ces deux titres permet à ce petit dernier de bénéficier des performances d’une machine bien supérieure. Par exemple, les décors sont ici entièrement destructibles ; vous pouvez même vous servir des débris comme armes pour attaquer vos adversaires, ou bien pour vous planquer en hauteur le temps que votre barre d’énergie se recharge un peu – mais n’y restez pas trop longtemps non plus : votre adversaire aura tôt fait de vous y rejoindre, ou de vous faire descendre en pulvérisant le bâtiment… Ces petites précisions pour vous donner une idée de l’ambiance générale du jeu, tout à fait dans la veine de ces « films de monstres » déjà évoqués où les destructions sont toujours… monstrueuses.

Vous avez droit à huit personnages pour commencer, tous géants bien sûr : un lézard bipède surgi des océans (hommage au Godzilla déjà cité), une mante religieuse résidu d’une expérience de savant fou (référence à Des Monstres attaquent la ville de Gordon Douglas, 1954), un singe rescapé d’une mission spatiale (clin d’œil au King Kong évoqué plus haut) et un super robot conçu par les japonais pour lutter contre les extraterrestres (et qui pourrait sortir de Mazinger Z) ; mais vous avez aussi droit à l’idole d’un rite païen oublié, un démon magmatique, un être humain transformé en monstre électrique et un autre robot conçu comme arme par les américains puis oublié dans un hangar… Plus deux autres à débloquer au cour du jeu et dont je vous laisse la surprise – ils ne vous décevront pas.

En dépit de leurs apparences, chacun de ces personnages n’a que très peu de particularités pour le distinguer des autres : certains sont un peu plus forts, d’autres un peu plus rapides, les derniers un peu plus résistants. Tous peuvent attaquer à distance comme en combat rapproché et ont leur propre liste de combos. Mais au contraire des jeux de combat habituels, vous n’êtes pas restreints à une simple arène et pouvez évoluer dans les niveaux, par exemple pour courir après votre adversaire qui fuit dans les rues car vous l’avez déjà bien désossé, ou bien pour escalader les immeubles afin de lui sauter dessus. Des items disposés ici et là permettent de regonfler la vie ou les points d’énergie, dans des quantités diverses suivant l’objet, et un dernier – spécial – de se rendre invisible pour un temps.

Malgré la diversité des personnages, la campagne solo reste la même pour chacun d’eux : les mêmes niveaux s’enchaînent dans le même ordre avec les mêmes boss, de sorte que le jeu en lui-même est bouclé en une après-midi. Le rejouer plusieurs fois permet néanmoins de débloquer des bonus tels que des « costumes » pour vos monstres et quelques niveaux multi supplémentaires ; je passe sur les « mini jeux » qui n’offrent que peu d’intérêt car, en fin de compte, c’est bien le multi qui reste l’aspect le plus intéressant du titre : vous aurez de quoi en passer des après-midi ou des soirées pizza avec vos copains, à vous étriper à grand coup de poutres d’acier et à raser des villes – en duel ou bien à deux contre deux en écran splitté.

Si War of the Monsters ne propose pas d’expérience de jeu révolutionnaire, et si sa réalisation aurait mérité d’être un peu plus peaufinée, notamment en ce qui concerne la gestion de la caméra, il reste néanmoins un titre agréable et sympathique qui mérite bien vos deniers si vous faites partie de ces joueurs qui savent s’entourer de compagnons de jeu que le gigantisme ne rebute pas. Si vous êtes un solitaire dans l’âme, par contre…

War of the Monsters
Incognito Entertainment, 2003
Playstation 2, entre 9 et 15 € (occasions seulement)

Publicités

0 Responses to “War of the Monsters”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre e-mail :


%d blogueurs aiment cette page :