To Terra… tome 2nd

Couverture du second tome de l'édition américaine du manga To Terra...Réfugiés sur Naska, jadis une colonie terrane mais à présent une planète abandonnée, les Mu ont abandonné l’idée de retourner sur Terra. Alors qu’ils coulent des jours paisibles sur ce monde éloigné de la Superior Domination, celle-ci les rattrape sous la forme d’un petit vaisseau de patrouille. En tenant d’écarter cette menace, ils alarment l’ordinateur-mère de Terra qui envoie Keith Anyan investiguer la planète : celui-ci va à lui tout seul provoquer un désordre majeur dans la société bien tranquille des Mu…

Alors que les tomes centraux d’une série servent en général à lier l’introduction à la conclusion à travers une suite de péripéties plus ou moins gratuites, donc qu’ils servent d’habitude de « remplissage » c’est-à-dire de fillers, celui-ci présente le mérite de faire avancer la narration d’une manière à la fois spectaculaire mais aussi très émotionnelle – bref, le scénario tout comme les personnages y avancent à grands pas, dans un maelstrom de conflits qui concernent le rapport de chaque camp à son adversaire mais aussi chacune de ces factions prise séparément ; ceci afin de souligner combien cette histoire se situe loin des manichéismes faciles des productions orientées action.

Planche intérieure du manga To Terra...Ce qui du reste n’étonne guère de la part d’un auteur qui a vite excellé dans le domaine du shôjo et qui devint vite un pilier de ce shônen-ai amené à poser les bases d’un genre entièrement nouveau, même s’il restait à cette époque pour le moins embryonnaire – je parle bien sûr du yaoi. Aussi le lecteur s’étonnera peut-être de voir comment Keith Anyan, jusqu’ici présenté comme la parfaite incarnation de la Superior Domination, puisse faillir à ce point-là et avec une telle rapidité ; à sa décharge, on peut néanmoins préciser qu’il ne s’attendait certainement pas à trouver un ennemi au sein même du système auquel il se voue corps et âme. Se serait-il montré plus « fort » dans d’autres circonstances ? Peut-être bien… Mais cet adversaire deviendra vite son meilleur allié : le lecteur en verra des prémisses plus qu’évidents à la fin de ce second volume.

Du côté des Mu, par contre, l’antagonisme interne se montre plus pernicieux, pour ne pas dire franchement fourbe. Car les Mu fêtent dans ce second volume ce qui représente pour eux une victoire majeure : certains de leurs couples sont enfin parvenus à procréer ; ils ne sont donc plus tributaires des Mu évadés de la Superior Domination pour assurer la survie de leur peuple. Mais ces enfants nés sur Naska présentent une particularité pour le moins alarmante, même pour les Mu qui en ont vu bien d’autres : les facultés parapsychiques de ces jeunes dépassent toutes celles des plus puissants d’entre eux ; de sorte que les Mu se trouvent ainsi confrontés au même problème que celui de leurs ennemis : l’apparition au sein même de leur société d’une menace équivalente à celle qu’ils représentent pour la Superior Domination

Planche intérieure du manga To Terra...Ces retournements de situations, ou plutôt de paradigmes, se trouvent ici orchestrés avec grand brio, à travers une narration au scénario palpitant dont les scènes d’action, assez abondantes cette fois, n’occultent pas les psychologies des personnages néanmoins, bien au contraire. La tragédie finale qui frappe les Mu, d’ailleurs, constitue le coup de fouet dont ceux-ci ont besoin pour retrouver la volonté d’accomplir la volonté du Soldier Blue original – celui-là même qui continue à vivre en Jomy. Ce dernier nous fait d’ailleurs ici une démonstration sans appel de sa détermination à toute épreuve, en dépit de quelques faiblesses somme toute passagères et surtout imputables à son manque d’expérience dans le commandement mais qui soulignent aussi l’aspect humain du personnage.

Avec un sens de la narration pour le moins brillant dans sa juxtaposition de l’action et des psychologies, le tout servi à merveille par des graphismes qui proposent ici une évolution frappante par rapport à ce qu’on pouvait en voir dans le volume précédent, ce second tome confirme bien que To Terra… est une production d’envergure exceptionnelle. Le troisième et dernier volume de la série saura d’ailleurs conclure ce récit palpitant comme il se doit.

Chroniques de la série To Terra… :

1. tome 1er
2. tome 2nd (le présent billet)
3. tome 3ème

Note :

Les connaisseurs parmi vous auront remarqué que les planches qui illustrent cette chronique sont en fait tirées du premier tome de la série ; il m’a en effet été impossible d’en trouver du second, et comme je ne souhaite pas massacrer ma collection à grand coups de scanner… Bref, si vous avez des documents sous la main à me transmettre, n’hésitez pas à me le faire savoir, dans les commentaires ou autrement.

To Terra… vol. 2, Keiko Takemiya, 1977-1980
Vertical Inc., 2007
312 pages, pas d’édition française à ce jour

Publicités

6 Responses to “To Terra… tome 2nd”


  1. 1 Gemini 5 novembre 2010 à 16:38

    Tu as bien fait d’acquérir les volumes US ; d’une part car ce manga est exceptionnel, d’autre part car si nous devions attendre une sortie en France…

  2. 2 Guilhem 5 novembre 2010 à 18:23

    Tout à fait exceptionnelle, vraiment : je n’avais pas encore vu la série TV de 2007 quand je me suis penché dessus, seulement le film de 1980 que j’avais trouvé très moyen mais néanmoins assez intéressant sur son idée de départ – aussi j’ai voulu en savoir plus et j’ai commandé les 3 volumes sur Amazon.fr. J’ai été bien estomaqué par le travail de Takemiya que je ne connaissais pas du tout et qui s’est avéré un grand auteur, du moins à mes yeux.

    C’est vraiment dommage qu’aucun éditeur français n’ait jamais traduit cette œuvre formidable. Pourtant, c’est court et donc un investissement plutôt réduit – il me semble en tous cas. Quel dommage que le public français passe à côté… :/

    Accessoirement, je vois que tu as une nouvelle adresse : tu aurais pu prévenir, j’ai cru que tu avais disparu corps et bien ! =P

  3. 3 Gemini 5 novembre 2010 à 20:01

    Désolé pour le déménagement ; j’avais envie de m’émanciper de wordpress ^^’

    Là, je viens de commander l’autre manga de Keiko Takemiya sorti aux USA (même éditeur) : Andromeda Stories. Verdict à suivre.

    Je comprends bien pourquoi les éditeurs français ne sortent pas ces manga : les vieux titres ne se vendent pas (car la majorité des lecteurs ne jurent que par un dessin « moderne »), donc les éditeurs rechignent. Ils testent de temps à autre – notamment car « ça fait bien » et qu’il y a un public de niche pour – mais bien souvent, les chiffres de ventes montrent qu’ils ont raison de se méfier. De ce point de vue, les Américains et les Italiens semblent moins frileux ; mais du côté italien, le système est différent, et les titres sortant en kiosque – dont Ace wo Nerae, que je voulais acheter – deviennent rapidement introuvables… Les Américains avaient publié They Were Eleven, seul manga de Moto Hagio ayant eu droit à un anime, mais lui aussi ne se trouve plus, ou alors à des prix indécents.

  4. 4 Guilhem 7 novembre 2010 à 20:42

    C’est dommage de constater que les lecteurs s’intéressent aussi peu aux titres « historiques » : ils se privent de voir importer chez eux des œuvres tout à fait formidables – même si je comprends que l’aspect « rétro » de certaines productions en rebutent plus d’un…

    Je suis impatient de connaître ton avis sur Andromeda Stories : il me fait de l’œil depuis un moment celui-là et si c’est de la même trempe que To Terra… il va falloir que je cède à ses sirènes ^^


  1. 1 To Terra… tome 3ème « Le Dino Bleu Rétrolien sur 11 novembre 2010 à 11:32
  2. 2 To Terra… tome 1er « Le Dino Bleu Rétrolien sur 11 novembre 2010 à 11:57

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre e-mail :


%d blogueurs aiment cette page :