L’Âge d’Or de l’Aviation

Couverture de l'édition française de L'Âge d'Or de l'AviationDepuis toujours, le rêve du vol en apesanteur a nourri l’imagination de l’homme. L’histoire des débuts de l’aviation conte les aventures de ces scientifiques amateurs, pilotes casse-cou et génies visionnaires qui ont rendu ce rêve possible.

L’ÂGE D’OR DE L’AVIATION relate l’évolution du vol motorisé de sa naissance à son développement autour des années 1920 et 1930, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Les frères Wright, qui perfectionnèrent l’aérodynamique du planeur à ailes fixes et firent d’une construction en bois et coton un véritable appareil capable de voler, ouvrirent la voie à l’aviation moderne. Audace et persévérance furent nécessaires pour faire de l’aviation une entreprise commerciale. C’était l’époque où l’Aérospatiale et les lignes de voyageurs, toutes récentes, subjuguaient le monde et où l’homme semblait accomplir de véritables miracles technologiques. Les combats et les bombardements aériens entrèrent en scène au cours de la Première Guerre mondiale, modifiant définitivement les techniques de guerre. Aventurières et aventuriers ouvrirent bientôt de confortables liaisons aériennes transcontinentales et intercontinentales.

Illustration intérieure de L'Âge d'Or de l'AviationAinsi, ce qui semblait jadis utopique est devenu une réalité ordinaire. L’innovation permanente permit d’arriver à un trafic aérien confortable et rapide grâce à des appareils comme le Graf Zeppelin, les grands hydravions Clipper et enfin le premier avion véritablement moderne, le Tin Goose de Ford. En 1933, Boeing mit au point son monoplan bimoteur entièrement métallique, le Boeing 247, inaugurant l’ère moderne d’un transport aérien sûr, annonciateur de l’âge de l’espace.

Ce livre raconte un rêve. Celui, bien longtemps considéré comme impossible à réaliser, de voler. Depuis l’antiquité au moins, dans le mythe d’Icare, jusqu’aux projets visionnaires de Léonard De Vinci et au-delà, ce désir a habité l’homme. Peut-être parce qu’il pensait que dans le ciel demeurait les dieux qu’il voulait égaler, ou bien plus simplement parce qu’il jalousait les oiseaux. Toujours est-il qu’il n’existe aucune civilisation, aucune culture où le rêve de voler ne trouve pas sa place sous une forme ou une autre. C’est un désir en quelque sorte éternel, et sous certains aspects une définition du genre humain.

Illustration intérieure de L'Âge d'Or de l'AviationVoilà ce qui ressort de ce splendide mais hélas bien trop court ouvrage de Katherine S. Williamson : le rêve comme moteur essentiel du progrès technologique, et donc – par extension – des bouleversements sociaux ; car en dépit de ce qu’en pense certains idéalistes peut-être un peu trop focalisés sur le spirituel, ce qui ne constitue en aucun cas un jugement de valeur, les technologies ont toujours été, sont encore, et resteront toujours un facteur d’évolution des sociétés : il en est ainsi depuis qu’on a appris à tailler des silex… Et, dans le cas qui nous occupe ici, c’est de voir comment ce rêve a su triompher des formidables défis techniques indispensables à sa construction qui s’avère le plus fascinant.

Quand on sait que les premiers à quitter le sol à bord d’un plus lourd que l’air étaient de simples fabricants et vendeurs de bicyclettes, on reste songeur. Ces deux frères étaient-ils si géniaux que ça, ou bien le problème était-il en fait aussi facile à surmonter ? Un peu des deux, certainement… À moins qu’ils aient été obsédés par ce rêve de s’affranchir de la gravité pour évoluer dans le ciel comme des oiseaux entièrement libres de leurs mouvements ; l’esprit se montre souvent capable de miracles, toute l’Histoire en témoigne – de même que la psychiatrie d’ailleurs. Et puis on sait bien que les inventeurs se montrent toujours un peu fous : comment pourraient-ils penser l’impensable sinon ?

Illustration intérieure de L'Âge d'Or de l'AviationBref, outre un panorama sommaire – même si tout aussi instructif que fascinant – de l’aube de l’aviation, cet ouvrage nous démontre, au moins implicitement, que les plus grands défis techniques peuvent toujours être surmontés – même s’il faut à cet effet disposer du grain de folie nécessaire, ainsi que d’une bonne dose de patience : des millénaires de progrès furent nécessaires pour gagner celui-ci après tout. Voilà ce qui se dégage de ce livre en fin de compte : sans rêves, sans désirs, aussi délirants soient-ils, il n’y a rien ; les rêveurs comme les insatisfaits, les fous comme les poètes restent les plus à même de faire évoluer le monde, de le transformer.

Ce que, du reste, on sait depuis longtemps, mais c’est là le genre de rappel qui mérite d’être répété – surtout par les temps qui courent où un certain conservatisme aux nets relents d’archaïsme empuantit l’atmosphère… Et d’autant plus que, dans le cas précis de cet ouvrage, le rappel se trouve très abondamment illustré par des photographies, des réclames et des œuvres d’art d’époque dont le charme suranné a ce petit quelque chose d’inestimable.

Pour les amoureux d’avions anciens comme pour les nostalgiques d’antan, ou plus simplement les curieux quant aux origines de l’aviation moderne, ce livre sera un enchantement.

Illustration intérieure de L'Âge d'Or de l'Aviation

L’Âge d’Or de l’Aviation (The Golden Age of Aviation)
Katherine S. Williamson, 1996
MLP Éditions, 1998
79 pages, env. 15 €, ISBN : 2-7434-1047-7

0 Responses to “L’Âge d’Or de l’Aviation”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre e-mail :


%d blogueurs aiment cette page :