Megazone 23 Part II

Jaquette DVD de l'édition américaine de l'OVA Megazone 23 Part IIRecherché par la police pour un meurtre qu’il n’a pas commis, Shogo se cache dans son gang de bikers et tâche de rester discret. Jusqu’à ce que la mystérieuse Ève le contacte pour le prévenir d’un danger imminent que personne ne soupçonne, même dans les sphères les plus hautes… Bientôt, Shogo et sa bande se lancent dans une offensive massive contre le bunker des services secrets qui dissimulent la vérité aux yeux du public. S’ils réussissent, la Megazone sera sauvée. S’ils échouent…

Encore une fois, Artmic frappe fort. Le temps et l’expérience ont fait leur office et ça se voit. Dans l’animation pour commencer, beaucoup plus fluide et détaillée – à la limite d’avoir l’air fausse parce-qu’elle est trop juste –, comme dans les designs somptueux, qui ne vont pas sans préfigurer Bubblegum Crisis (1987-1991) pour les mechas, tout en s’éloignant radicalement de celui du film précédent pour les personnages – à travers des changements parfois déroutants d’ailleurs.

Mais la meilleure surprise vient du scénario, plus complexe et qui introduit de nombreux éléments nouveaux sans pour autant perdre le spectateur dans une surabondance confuse. Cette fois, la production a pris le temps de mener son projet à bien et le résultat est là.

En dépit d’un timing un peu « court », les diverses situations restent bien orchestrées et les scènes d’action très réussies ; quant aux nouveaux personnages, ils présentent une certaine originalité. L’univers de la série lui-même se voit développé de manière assez inattendue, avec quelques bonnes surprises qui ne vont pas sans évoquer Neon Genesis Evangelion, mais d’assez loin quand même, et d’autant plus que ce second Megazone 23 reste son ainé d’une bonne décennie.

Dans ses grandes lignes, l’intrigue reste fidèle à la tradition de la science-fiction « classique » et propose de boucler la boucle de façon plutôt logique et rationnelle, mais avec une note d’optimisme et d’espoir, notamment à travers une conclusion ouverte sur un futur meilleur.

De temps en temps, ça fait du bien…

Chroniques de la série Megazone 23 :

1. Part 1
2. Part 2 (le présent billet)
3. Part 3

Note :

Tout au long du film, on peut apercevoir des flippers Thundercats et Silverhawks qui sont des clins d’œil à d’autres projets qu’AIC contribuait à produire au même moment.

Megazone 23 Part II, Ichiro Itano, 1986
ADV Films, 2004
82 minutes, pas d’édition française à ce jour

Cette chronique fut à l’origine publiée sur le site Animeka

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre e-mail :


%d blogueurs aiment cette page :