Godzilla

Jaquette DVD du film GodzillaUne tempête sur le Pacifique engloutit un pétrolier tandis qu’un immense éclair déchire le ciel au-dessus de la Polynésie française. Des empreintes géantes creusent une piste inquiétante à travers les forêts et les plages du Panama. Les navires chavirent au large des côtes américaines… Et ces phénomènes effrayants s’approchent toujours plus de New York. Le chercheur Nick Tatopoulos est arraché à ses travaux pour aider les États-Unis à traquer la chose à l’origine de ces désastres mystérieux.

Depuis maintenant plus de 50 ans, Godzilla reste l’archétype le plus connu du monstre de cinéma. Créé en 1954 par Tanaka Tomoyuki et la maison de production Tôhô, il révolutionna en son temps le genre des films mettant en scène des monstres géants ; une branche du cinéma à l’époque très populaire en raison de la métaphore que représentaient ces créatures fantastiques des dangers liés à l’énergie atomique, et en particulier à un conflit nucléaire : la plupart de ces chimères modernes, en effet, résultaient de mutations dues à des radiations – parmi les contemporains du premier Godzilla (GojiraIshirô Honda, 1954), on peut citer Des Monstres attaquent la ville (Them! ; Gordon Douglas, 1954) ou Beginning of the End (Bert I. Gordon ; 1957).

Cependant, et si Godzilla représentait aussi la menace de l’atome pour l’audience japonaise – qui était bien sûr très sensible à ce thème en raison des bombardements atomiques sur Hiroshima et Nagasaki –, il ne semble pas incongru d’évoquer des raisons liées à leur culture shintoïste. Je rappelle brièvement que cette religion polythéiste aux nets accents animistes attribue une âme à toutes les manifestations de la nature, et le statut de divinités – ou du moins d’esprits divins, appelés kamis – aux plus anciennes et aux plus vénérables d’entre elles. Or, le shintoïsme est resté la religion d’état du Japon jusqu’en 1945, soit moins de dix ans seulement avant la sortie du premier film de la série des Godzilla.

De sorte qu’on peut très bien voir dans le monstre Godzilla, en tous cas si on se place d’un point de vue nippon, une personnification des forces de la nature – cette puissance absolue qu’aucun être humain ne peut arrêter (1) – et dans ce cas précis d’une nature abâtardie par l’énergie atomique, symbole par excellence du modernisme. Ainsi, nul besoin d’y regarder de bien près pour trouver dans ce monstre une forme de résurgence des forces naturelles enfouies depuis des éons et revenues du fond des âges pour en quelque sorte punir les hommes d’avoir laissé la modernité défigurer le monde – ce qui peut passer comme une dénonciation de l’industrialisation forcée qu’a subie le Japon d’après-guerre.

Un aspect qui, bien évidemment, brille par son absence dans ce remake. Car ce Godzilla américain s’oriente vers le pur spectacle, ce qui ne présente rien de répréhensible en soi mais implique qu’il se montre assez vide de sens. Pourtant, on y trouve malgré tout une innovation : loin de son modèle japonais original conçu à une époque où les technologies d’effets spéciaux limitaient les options des cinéastes, ce Godzilla moderne fut modélisé et animé en 3D avant d’être incrusté à l’image par compositing ; il en résulte un monstre à l’agilité sans précédent aucun dans l’histoire du cinéma de monstres géants, et qui donne à ce film un dynamisme alors jamais vu dans une production se réclamant de ce nom-là.

À vrai dire, d’ailleurs, voir un Godzilla courir entre les immeubles de New-York pour échapper aux hélicoptères de combat lancés à ses trousses reste bien le seul intérêt de ce film : dans ce type de cinéma bien précis, ça présente au moins la qualité de se montrer rafraichissant, voire original, à défaut d’être vraiment intéressant sur le plan purement artistique…

(1) ce que les japonais savent d’autant mieux que leur archipel est sans cesse exposé à des catastrophes naturelles telles que tremblements de terre, typhons ou tsunamis contre lesquels ils ne purent rien pendant de nombreux siècles et dont l’influence se montre manifeste dans leurs mythes traditionnels.

Récompenses :

Saturn Award des meilleurs effets spéciaux en 1999.
Razzie Award du pire remake et du pire second rôle féminin pour Maria Pitillo en 1999.

Notes :

Le personnage de Nick Tatopoulos s’appelle ainsi en hommage à Patrick Tatopoulos, le designer français qui dessina le Godzilla mis en scène dans ce remake.

C’est à la demande de Sony, en réaction aux essais nucléaires que lança Jacques Chirac après son élection à la présidence française en 1995, que Roland Emmerich rédigea le scénario de ce film ; celui-ci reflète ainsi les opinions écologiques et anti-nucléaires de son réalisateur.

Hormis son thème et son titre, cette production ne présente aucun rapport avec la série de films japonais mettant en scène le Godzilla original. Les fans de celui-ci, d’ailleurs, conspuent en général ce remake dont ils ont surnommé la créature Gino (pour Godzilla In Name Only).

Le Godzilla de cette réalisation fait une apparition dans le film Godzilla: Final Wars (Gojira: Fainaru uôzu ; Ryûhei Kitamura, 2004) sous le nom de Zilla que lui a officiellement attribué la Tôho.

Au contraire du Godzilla japonais, le monstre de cette version américaine peut être blessé – et donc tué – par des armes conventionnelles.

Godzilla, Roland Emmerich, 1998
Sony Pictures Entertainment, 1999
133 minutes, env. 10 €

0 Responses to “Godzilla”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre e-mail :


%d blogueurs aiment cette page :