Porco Rosso

Jaquette DVD de l'édition française du film d'animation Porco RossoUne légende courrait parmi les pilotes d’avions de la Grande Guerre : celui qui plaquerait ses équipiers dans un combat reviendrait au sol avec une tête de cochon.

Marco a écopé de cette malédiction, pourtant c’est un pilote exceptionnel dont la bravoure ne fait aucun doute. Bien des années ont passé depuis la guerre : sous le nom de Porco Rosso, il vole à présent pour son compte depuis qu’il a quitté l’Italie devenue fasciste. Moyennant finances, il lutte contre les pirates de l’air qui écument la Mer Adriatique pour détrousser les riches en croisière.

Un jour, un jeune as américain nommé Curtis rejoint une de ces bandes. Son but : trouver Porco Rosso et l’abattre en duel aérien pour devenir célèbre…

Difficile de ne pas trouver de raisons de recommander un Miyazaki et celui-ci ne fait pas exception à la règle. Cependant, Porco Rosso tend à se placer à part dans le sens où, bien que porteur des thèmes récurrents chers à Miyazaki, il est aussi bourré d’un humour détonnant, une forme de burlesque populaire, voire de franc vaudeville, qui, de manière assez surprenante, ne va pas sans rappeler les productions Walt Disney pourtant à l’envergure bien plus internationale…

Mais que ceci ne rebute pas ceux d’entre vous peu portés sur ce type de productions car Porco Rosso reste tout à fait nippon dans l’âme malgré tout : disons pour faire court qu’il s’agit peut-être du Miyazaki le plus léger et le plus insouciant qu’il vous sera donné de voir, et aux dernières nouvelles ce n’est pas un défaut pour un film d’être drôle.

Ajoutez à ça une animation de première qualité dont les quelques faiblesses se voient à peine et ne se comptent que sur les doigts d’une main, des personnages tous bien campés et très attachants, une ambiance méditerranéenne tout aussi bien dépeinte que fidèle, des combats aériens orchestrés à merveille mais qui savent éviter la violence pour ne laisser que la gaieté du spectacle, et vous avez là un excellent divertissement pour tous les publics.

Notes :

Ce film est basé sur le manga Hikoutei Jidai (飛行艇時代, L’Ére des hydravions) de Hayao Miyazaki, qui fait partie de la série Zassou Note publiée dans le magazine Model Graphix. Il devait au départ s’agir d’un simple court-métrage destiné à la projection durant les vols de la Japan Airlines.

Miyazaki aurait mentionné dans une chatroom que la scène de l’avion fantôme était inspirée par un récit de l’écrivain britanno-norvégien Roald Dahl (1916-1990), auteur notamment du célèbre roman Charlie et la Chocolaterie (Charlie and the Chocolate Factory ; 1964).

Porco Rosso entretient des points communs avec la série TV Haha o Tazunete Sanzen Ri (Isao Takahata ; 1976) sur laquelle travailla justement Miyazaki : par exemple, les protagonistes de ces deux œuvres s’appellent tous deux Marco et viennent de Gênes.

Porco Rosso, Hayao Miyazaki, 1992
Buena Vista Home Entertainment, 2006
89 minutes, env. 15 €

– le site officiel du Studio Ghibli (jp)
– d’autres avis : MondoCinema, Les enfants de cinéma, Film de Culte

Cette chronique fut à l’origine publiée sur le site Animeka

Publicités

9 Responses to “Porco Rosso”


  1. 1 Tetho 4 juin 2011 à 07:07

    Porco Rosso est probablement le film le plus sérieux de Miyazaki, et de son propre aveux le seul qu’il ne destine pas aux enfants. C’est l’histoire d’un homme qui a perdu foi en l’humanité et a abandonné la sienne, mais qui par une rencontre fortuite va réussir à la retrouver. Il y a un parallèle intéressant avec Miyazaki au tournant des années 90 qui bien malgré lui se retrouve forcé d’abandonner le Marxisme parce que il n’arrive plus à y croire et se cherche donc une nouvelle philosophie dans sa vie. A mettre en parallèle avec l’évolution du ton et des thèmes du manga de Nausicaä qui mieux que n’importe quoi rend compte de cette évolution de Miyazaki sur 12 ans.
    Porco Rosso c’est l’histoire de Miyazaki, son film le plus personnel et de très loin. C’est tout sauf un film léger, pour peu qu’on sache lire entre les lignes.

    >les protagonistes de ces deux œuvres s’appellent
    >tous deux Marco et viennent de Genève.
    MArco Pagoto et Marco Rossi viennent de Gênes, en Italie, et non Genève, en Suisse. Cette erreur vient d’une traduction approximative dans l’arbook de Kurenai no Buta publié par glénat dans les 90′ et qui continue de faire des dégâts chez ceux qui ne vérifient pas leurs sources.

  2. 2 Guilhem 4 juin 2011 à 13:20

    En effet, après vérification, « Genova » se traduit bien par Gênes et non par Genève, mais ceci étant dit, il y a beaucoup d’italiens en Suisse pour cause de simple proximité géographique, du coup il n’y a rien d’extraordinaire à trouver des Marco à Genève. Voilà pourquoi je n’ai pas consacré des heures de ma vie à confronter mes sources pour savoir laquelle avait plus raison que l’autre, ce qui de toutes manières serait resté sujet à caution : j’ai des choses plus intéressantes à faire que de me consacrer à des détails en fin de compte assez futiles puisque je voulais simplement souligner que cette œuvre et Haha o Tazunete Sanzen Ri entretiennent des points communs ; merci donc de bien vouloir m’épargner à l’avenir des fins de phrase comme celle qui termine ton commentaire et qui sont assez limite – si moi-même je devais souligner toutes les erreurs minimes que je lis dans les blogs, je n’aurais plus le temps d’écrire sur le mien…

    Pour le reste, entre les intentions des auteurs et ce qu’ils en laissent paraître, il y a toujours un abîme : rien de nouveau sous le soleil. De sorte que si Miyazaki n’est pas parvenu à retranscrire sa pensée de manière aussi précise qu’il le voulait c’est peut-être parce qu’il n’est pas si génial que ça en fin de compte – mais ça ne m’empêche pas de lui vouer toute mon admiration, je tiens à le préciser…

  3. 3 Tetho 4 juin 2011 à 13:52

    Disons que j’ai du mal à imaginer un film qui parle, entre autres, des traumatismes liés à la guerre et de la monté du fascisme être qualifié de « Miyazaki le plus léger et le plus insouciant qu’il vous sera donné de voir » surtout quand à coté il y a Ponyo ou Totoro. Mais bon, chacun son prisme d’analyse biaisé par son expérience empirique, hein.

  4. 4 Guilhem 4 juin 2011 à 14:03

    Et disons pour ma part que ces traumatismes et cette montée du fascisme restent tellement sous-jacents qu’on ne les voit même pas sur la pellicule. Mais bon, à chacun son imagination, hein…

  5. 5 Tetho 4 juin 2011 à 14:32

    Le personnage de Marco ne peut se comprendre sans tout ça. C’est parce qu’il a vu trop d’horreurs pendant la guerre qu’il a rejeté son humanité, afin de pouvoir continuer de voler libre. Et c’est ce comportement qui lui vaudra des ennuis avec la police politique.
    Et c’est à ce moment qu’il rencontre Fio, celle qui lui redonnera espoir en l’humanité.

  6. 6 Guilhem 4 juin 2011 à 14:58

    Franchement, ça ne m’a pas frappé…

  7. 7 NicK 7 octobre 2011 à 11:01

    « ’il s’agit peut-être du Miyazaki le plus léger et le plus insouciant qu’il vous sera donné de voir »

    Je ne suis pas d’accord avec toi (c’est Totoro le plus insouciant pour moi) mais je ne vais pas t’envoyer une bande de tueurs non plus. (chacun son opinion). Par contre pour le burlesque et l’ambiance méditerranéenne réussis, je suis d’accord avec toi.

    « ces traumatismes et cette montée du fascisme restent tellement sous-jacents qu’on ne les voit même pas sur la pellicule. »

    +1. C’est évoqué de façon lointaine.

    Sinon Porco Rosso est un film que j’apprécie particulièrement à cause du doublage en français de Jean Reno. 🙂

    NicK.

  8. 8 sharnalk 25 août 2014 à 10:08

    J’ignorais totalement cette anecdote sur le manga Hikoutei Jidai, j’aurai appris quelque chose aujourd’hui. Désolé pour ce commentaire tardif, et il est vrai qu’avant « le vent se lève », c’était le film le plus adulte de sa filmographie. Merci pour ces précisions informations en tout cas.


  1. 1 Macross Plus | Le Dino Bleu Rétrolien sur 19 avril 2013 à 11:10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre e-mail :


%d blogueurs aiment cette page :