L’Homme doré

Couverture de la troisième édition de poche du recueil de nouvelles L'Homme doréDans L’homme doré l’on traque les derniers monstres qui menacent la Terre… mais Cris Johnson est-il un monstre ? Beau comme une statue antique, souple comme un fauve blond, il ne parle pas mais devine tout.

Dans Le projet Argyronète, curieusement, les hommes du futur ont besoin des « prescients » d’aujourd’hui – Van Vogt, Anderson et quelques autres – et tentent de les rencontrer grâce à la sonde temporelle.

Dans La sortie mène à l’intérieur un ordinateur livre à l’innocent Bob Bibleman des schémas militaires top-secret. Erreur, accident ou manipulation ?

Voici, en une dizaine de textes à peine, un tour d’horizon de l’œuvre et des inspirations pour le moins atypiques de Philip K. Dick mais ici à travers de courts récits débarrassés du principal défaut de leur auteur : un délire permanent sur lequel l’écrivain renchérit sans cesse pour au final ne plus parvenir qu’à noyer le lecteur dans un vaste n’importe quoi dont les qualités narratives mais aussi paranoïaques, ou présumées telles, deviennent les premières victimes ; bref, un aspect rappelant fort ce courant littéraire caractérisé par une forme d’absurde, voire d’abscons, qui ne plaît pas à tout le monde – et pour cause : la littérature est supposée avoir du sens, du moins pour ceux d’entre nous qui aiment les récits, par opposition aux délires.

Ajouté à ça qu’une telle ficelle narrative présente comme principal avantage de ne pas nécessiter d’avoir des idées à présenter, puisque de toutes manières l’aficionado du genre – souvent très imaginatif – en trouvera toujours, et le tableau est complet : l’œuvre de Dick, en réalité, dissimule sa vacuité intellectuelle sous la surface obscure de la folie, en laissant au lecteur le soin d’y trouver des choses qui existent peut-être mais que l’auteur n’y a jamais mises ; l’astuce est à présent bien connue tant on la retrouve chez de nombreux créatifs, quel que soit leur média d’expression, qui y ont planté les graines d’un succès aux faux aspects élitistes dont la seule explication tient non dans la crédulité de leur audience mais plutôt dans l’affection – infiniment respectable – de celle-ci pour les objets sans queue ni tête qui ne disent pas leur nom.

D’ailleurs, les trouvailles de l’audience méritent elles aussi qu’on s’y attarde, car elles se caractérisent par de telles divergences d’un lecteur à l’autre qu’on en vient à se demander si elles existent vraiment. Si j’admets volontiers qu’une œuvre cesse d’appartenir à son auteur pour devenir dès sa publication la propriété de son audience, qui peut ainsi l’interpréter comme bon lui semble, y compris en complète opposition des intentions de l’auteur le cas échéant, tout le problème ici tient dans ce qu’il y a autant d’interprétations que de lecteurs. La question s’impose donc : une œuvre qui propose autant d’interprétations possibles veut-elle vraiment dire quelque chose ? En d’autres termes : la pluralité des interprétations possibles ne rend-elle pas inutile la recherche d’une interprétation puisqu’en fin de compte on peut y trouver ce qu’on veut ?

Quant à la dimension paranoïaque des écrits de Dick, elle trouve au moins une partie de son succès dans l’époque de leur parution, soit cette guerre froide qui vit tant de terreurs, qu’il s’agisse de la chasse aux sorcières du maccarthysme ou bien de la perspective alors fort probable d’une guerre atomique, que ces récits semblaient dans l’air du temps : les lecteurs de l’époque y entraperçurent donc des choses qu’on ne peut plus y distinguer à présent. Pour autant, il ne s’agissait pas d’idées que leur auteur voulait exprimer mais une simple conception du réel que sa psyché tourmentée y injectait, et certainement sans que le personnage le veuille vraiment – et sans qu’il s’agisse non plus d’une volonté affirmée, claire et consciente de capitaliser sur la naïveté du lecteur, faute d’un meilleur terme.

D’ailleurs, il vaut de souligner que cette dimension paranoïaque de l’œuvre de Dick, si elle caractérise l’ensemble de sa production, la limite aussi. Tout chez Dick, en effet, tourne toujours autour de réalités truquées, d’androïdes simulacres, de complots planétaires,… bref, d’un univers résolument dévoué, et tout entier, à duper, détruire, saper le ou les protagonistes d’une manière ou d’une autre, et de préférence la plus détournée. En d’autres termes, Dick a toujours plus ou moins raconté la même chose, bien que sous un nombre de variantes si nombreuses qu’on deviendrait fou rien qu’à essayer de les compter – au point qu’on se demande s’il ne s’agissait pas de son but en fin de compte, inconsciemment au moins… En fait, Dick est son propre plagiaire.

Autant de défauts que vous ne trouverez pas ici. Les dix nouvelles qui composent ce recueil s’avèrent bien trop courtes pour que les tendances paranoïdes et délirantes de leur auteur puissent y faire de réels dégâts, de sorte qu’en restant ainsi dans les limites de l’acceptable, elles parviennent à fournir une expérience de lecture tout à fait satisfaisante…

Note :

La toute dernière édition française de poche de ce recueil s’intitule Le Roi des elfes et se vit publiée chez Gallimard (collection Folio SF n° 384, 322 pages, ISBN : 978-2-07-039916-1) en octobre 2010, mais expurgée d’un de ses textes, La Guerre contre les Fnouls (The War with the Fnools).

L’Homme doré, Philip K. Dick, 1953-1979
J’AI LU, collection science-fiction n° 1291, mars 1991
288 pages, env. 2 €, ISBN : 2-277-21291-1

10 Responses to “L’Homme doré”


  1. 1 Corti 20 juin 2011 à 17:32

    Je te trouve quand même dur avec Dick là. Même s’il part effectivement souvent en live, ne serait-ce que par l’utilisation de drogues ou autres, il y a quand même plusieurs histoires qui restent cohérentes de bout en bout.
    Comme par exemple « Les clans de la lune alphane ».

    Bon OK, il y a encore une part de vérité tronquée dedans, mais il n’y a pas trop de soucis sur son « sens ». Alors certes, on peut dire que c’est une parabole sur la guerre froide, mais bon, je suis du genre à penser que chacun voit ce qu’il a envie de voir dans une oeuvre. De ce fait, quand à ta question sur la multiplicité des interprétations possibles d’une oeuvre, cette dernière devient un peu caduque.

    Et c’est aussi pour ça que je suis plus du genre à penser que l’auteur doit garder la primeur du message qu’il veut faire passer dans son oeuvre. Y compris sur les messages qu’il fait passer de manière inconsciente. C’est d’ailleurs la juxtaposition de ce message inconscient avec le message conscient qui permet de faire ressortir au mieux ce premier message.

    Mais bon, c’est mon côté « on peut faire dire n’importe quoi à n’importe quoi » qui veut ça. En même temps, quand je vois que certains disent que Full Metal Alchemist est une oeuvre satanique, je me dis que je ne dois pas me tromper.😀

  2. 2 NicK 6 octobre 2011 à 11:42

    +42
    Dick est « parti en couille » vers la fin de sa carrière (j’ai lu le début de la trilogie divine et … la vache ! C’est difficilement compréhensible tellement c’est du délire et de la paranoïa. )


  1. 1 Mobile Suit Gundam : Author’s Cut (3c) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 5 juillet 2011 à 18:07
  2. 2 Inception « Le Dino Bleu Rétrolien sur 5 juillet 2011 à 18:07
  3. 3 Dark City « Le Dino Bleu Rétrolien sur 5 juillet 2011 à 18:09
  4. 4 Planète hurlante « Le Dino Bleu Rétrolien sur 5 juillet 2011 à 18:10
  5. 5 Serial Experiments Lain « Le Dino Bleu Rétrolien sur 5 juillet 2011 à 18:10
  6. 6 L’Homme des jeux « Le Dino Bleu Rétrolien sur 5 juillet 2011 à 18:11
  7. 7 Simulacron 3 « Le Dino Bleu Rétrolien sur 5 juillet 2011 à 18:12
  8. 8 Total Recall « Le Dino Bleu Rétrolien sur 5 juillet 2011 à 18:12

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre e-mail :


%d blogueurs aiment cette page :