Mordre au travers

Couverture de la dernière édition de poche du recueil de nouvelles Mordre au travers« Nue devant la glace elle regardait ce gros corps, cette montagne de graisse. Il ne ressemblait à rien. Même pas une femme, rien qu’un gros sac. A mi-voix elle se répétait : “Sale grosse truie, putain de sale grosse truie, grosse vache.” Les yeux pleins de larmes parce qu’il s’agissait bien d’elle »…

Évocations tranchantes d’un quotidien noir, de drames intimes ou de rêves inquiétants… Ces nouvelles disent violemment la Femme dans son désir ou son refus du désir, dans ses colères, ses hontes inavouées, ses excès d’amour ou sa folie meurtrière… La Femme blessée, humiliée ou bien vengeresse et autodestructrice.

La Femme humaine… Trop humaine ?

Onze textes et onze portraits de femmes, à travers des thèmes aussi divers, et parfois inattendus sur un tel sujet, que le meurtre, la prostitution, l’obésité, la misère, le suicide, la grossesse, la soumission, la perte, la tentation, la haine ou même la mutation – et ce dernier texte sera bien le seul à flirter avec l’imaginaire, ici à nette tendance SF d’ailleurs. Pourtant, et à dire vrai, il s’agit bien moins de féminisme post-80s que de déclarations d’amour à la femme en général – ce qui, à y regarder de près, ressemble assez à une certaine forme de féminisme contemporain, voire peut-être même pro-sexe.

C’est là qu’on doit se rappeler de l’orientation sexuelle de l’auteur, car Virginie Despentes aime bel et bien les femmes et ne s’en cache pas ; mieux, elle considère cet amour-là comme une libération vis-à-vis de la phallocratie – ce qui permet de rejoindre à nouveau une forme de féminisme radical, pour dire le moins. Or, la libération reste bien le leitmotiv de fond pour chacun de ces textes, ou presque, mais sans pour autant qu’elle se veuille salvatrice… Pour cette raison, la violence tant physique que morale reste au cœur de chaque récit : c’est bien le prix de la liberté après tout.

Si vous souhaitez mieux connaître les inspirations de Virginie Despentes avant de plonger plus profond dans son œuvre, Mordre au travers s’affirme comme une lecture indispensable. Et pour ceux d’entre vous désireux de découvrir un point de vue aussi acéré que dérangeant sur un présent encore bien tenace, ce recueil reste tout à fait recommandable : près de quinze ans après, les tendances qu’il illustrait à l’époque de sa publication n’ont fait après tout que se radicaliser.

Mordre au travers, Virginie Despentes, 1994-1999
J’AI LU, collection Librio n° 308, septembre 2008
122 pages, env. 2 €, ISBN : 978-2-290-01154-6

– des articles, critiques et entretiens avec l’auteur
– d’autres avis : Domino, Froggy’s Delight, Contes défaits, Les Gridouillis,

0 Responses to “Mordre au travers”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre e-mail :


%d blogueurs aiment cette page :