Posts Tagged 'culture japonaise'



Samurai from Outer Space

Couverture du livre Samurai from Outer SpacePourquoi les occidentaux de toutes générations sont à présent aussi attirés par les films d’animation japonais, des productions réalisées exclusivement par des animateurs japonais pour une audience japonaise ?

Leurs spectateurs américains comptent des millions de gens ignorant que ce qu’ils regardent est japonais, mais aussi le croissant « culte anime », avec des clubs de fans dans presque chaque lycée et campus ainsi que des magazines spécialisés et des sections dédiées dans les vidéo-clubs.

Dans Samurai from Outer Space, Antonia Levi révèle les significations cachées de l’animation japonaise : les symboles et les mythes tirés du shintoïsme, du bouddhisme et de l’art traditionnel japonais – autant de détails que des spectateurs occidentaux ne saisiront pas à moins de les leur préciser.

Avec 20 illustrations couleur, Samurai from Outer Space est à la fois une introduction pour les profanes et une mine d’informations pour les fans confirmés. (1)

Voilà un livre fascinant, car en dépit de son âge pour le moins avancé – surtout dans un domaine comme la culture manga où les choses évoluent assez vite – il parvient à conserver la plus grande partie de sa force. C’est le privilège de l’Histoire, qui propose des données le plus souvent inaltérables, à la différences des histoires, dont l’intérêt fluctue souvent sur des périodes de temps variables.

Car ici, l’accent est mis sur les données historiques propres à l’animation japonaise ; il ne s’agit pas pour autant d’un exposé chronologique de ce média asiatique bien particulier, mais bel et bien d’un examen détaillé des divers truismes narratifs et artistiques propres aux animes en regard de leurs racines historiques – c’est-à-dire culturelles. L’ouvrage est donc, du moins en quelque sorte, immortel (2).

La raison en est que son auteur, Antonia Levi, est historienne spécialisée dans l’Histoire du Japon – où elle a d’ailleurs vécu de très nombreuses années : pour dire comme elle connait doublement bien son affaire. Ainsi, et au contraire d’autres auteurs d’ouvrages sur l’animation japonaise, elle se trouve tout à fait à même de relier entre eux les éléments propres à la culture du Japon traditionnel et les productions modernes de ce pays.

Mais il ne s’agit pas juste de données purement historiques, car elle démontre aussi l’influence directe du théâtre Nô sur la mise en scène dans les animes ; ou bien le poids de l’art pictural traditionnel japonais de la gravure sur bois dans ces même productions ; ou encore l’adaptation des techniques de représentation minimaliste caractéristiques des compositions zen sur ces œuvres modernes. Je vous laisse découvrir le reste…

De plus, comme toutes les créations artistiques du monde, celles-ci reflètent toujours plus ou moins la société qui les a engendrées. Je dis bien « plus ou moins » car, on s’en doute un peu, il y a toujours des exagérations, ou plutôt des interprétations qui varient selon les individus et les idées qu’ils souhaitent transmettre dans leurs œuvres.  C’est l’avantage de la démocratie et de la « pensée libre » qui la caractérise.

Antonia Levi s’efforce néanmoins de généraliser le plus possible, ce qui est bienvenu car ceci lui évite de se perdre dans des exégèses risquant vite de devenir épineuses, mais aussi tout à fait admirable quand on voit le nombre de productions qu’elle évoque et dont elle parvient malgré tout à saisir les idées de fond communes – en dépit de différences notables qui constituent en fait de simples variations sur un thème.

Articulé autour de cinq thèmes principaux, allant des divinités aux femmes, en passant par la notion de héros, les nombreuses itérations des robots et diverses métaphysiques de l’existence telle que la mort, Samouraï fron Outer Space examine en détail de quelle manière le Japon contemporain s’exprime sur des sujets certes universels mais que cette civilisation interprète d’une manière fort différente de l’Occident.

Or, c’est bien de ces interprétations que découle une culture, celle-là même à partir de laquelle les conteurs et les artistes créent leurs œuvres. Voilà comment cet ouvrage s’affirme non comme une bible mais au moins comme un instrument de découverte, et peut-être même de référence, tout à fait indispensable pour qui veut mieux comprendre le Japon moderne – du moins à travers ses productions les plus populaires dans le reste du monde.

Toutefois, n’escomptez pas y trouver de quoi satisfaire votre soif de découverte de nouveaux titres – et surtout pas ceux de productions récentes, pour des raisons évidentes – car la plupart des œuvres citées sont bien connues, parfois même du grand public. Voyez plutôt ce livre comme une tentative pour éclairer ces œuvres sous un jour qui peut sembler nouveau à un occidental mais qui est en réalité ancestral.

Antonia Levi témoigne ici d’une érudition proprement étourdissante, non seulement sur l’Histoire du Japon et ses mythes et légendes traditionnels mais aussi sur la société japonaise actuelle dans tout ce qu’elle peut présenter de paradoxal – du moins à nos yeux d’occidentaux. Conformément aux racines de cette culture manga – et donc anime – qu’elle examine, son livre plonge dans le passé pour mieux expliquer le présent (3).

À mi-chemin entre l’Histoire et la sociologie, Samurai from Outer Space est un ouvrage-clé pour qui veut comprendre les tenants et les aboutissants de l’animation japonaise. En fait, son seul véritable défaut est qu’il n’est disponible qu’en anglais… ce qui en découragera hélas plus d’un.

(1) la traduction de ce quatrième de couverture est de votre serviteur.

(2) il n’est pas exclu que la récente ouverture de la culture manga / anime au reste du monde ait un tant soit peu altéré les spécificités évoquées, mais les évolutions que doivent engendrer une telle exportation restent encore à déterminer avec précision et me semblent pouvoir être considérées comme négligeables pour le moment.

(3) ce qui est certes typique des historiens, mais que l’auteur ait ici choisi de se pencher sur un sujet aussi moderne – voire postmoderne – compte tenu de son cursus entièrement académique reste pour le moins inhabituel et tout à fait digne de louanges.

Samurai From Outer Space: Understanding Japanese Animation, Antonia Levi
Open Court Publishing Company, 1996
169 pages, pas d’édition française à ce jour

Le retour du Japanbar !

Logo du nouveau site JapanbarC’est après quelques mois d’interruption que le Japanbar rouvre enfin ses portes : des soucis d’ordre technique ayant perduré bien trop longtemps avaient en effet amené son équipe – dont je fais désormais partie d’ailleurs, au passage – à le retirer de la toile, au grand regret de ses nombreux habitués.

Cette période est maintenant révolue et le site se trouve à nouveau disponible, précisément depuis hier, avec un webdesign tout neuf. Vous y trouverez entre autres des infos sur l’actualité de la japanime, des chroniques et des articles sur des œuvres majeures (1), une liste de liens à ne pas manquer pour parfaire votre culture du domaine, un lexique des principaux termes utilisés dans les mangas et les animes, et puis – bien évidemment – un forum : j’espère d’ailleurs vous y retrouver bientôt…

Et même si vous connaissez mal la japanime – ce genre de chose arrive à beaucoup de gens – n’hésitez pas à venir y faire un tour quand même : ça peut être un excellent moyen de combler vos lacunes dans le domaine et, pourquoi pas, de vous découvrir une passion que vous n’auriez peut-être pas soupçonné – sans compter que cette communauté reste une des plus enthousiastes et des plus sympathiques que j’ai pu connaître (2).

D’ailleurs, ses chroniqueurs font tous preuve du plus grand sérieux dans la rédaction de leurs articles et critiques, et tous les écrits publiés sont systématiquement corrigés par l’ensemble de l’équipe pour en vérifier le bien-fondé et les qualités d’écriture avant publication (3) : simple question de respect du lecteur qui échappe à beaucoup…

Alors, si ça vous dit, et vous ne risquez bien entendu strictement rien à y jeter un simple coup d’œil, le site se trouve juste . Je vous y souhaite un très excellent séjour…

(1) rubriques encore assez peu fournies puisque la majorité des éléments écrits pour l’ancien Japanbar ont hélas été perdus, mais elles devraient s’étoffer dans les semaines qui viennent…

(2) non, je ne dis pas ça parce que je fais partie de son équipe : c’est ce que je pensais déjà avant de la rejoindre  ^^

(3) c’est entre autres à leurs efforts et leur dévouement que je dois une grande partie de la qualité de mon dossier sur Akira et de mes chroniques sur Mobile Suit Gundam: The Origin.


Entrer votre e-mail :