Posts Tagged 'narration graphique'

Bullet Armors

Bullet_ArmorsPersonne ne sait depuis quand les Tremors tombent du ciel car ces machines d’origine inconnue mais capables d’évoluer s’avèrent hostiles envers les humains et ceux-ci doivent se barricader dans leurs cités pour éviter l’extinction. Pourtant, des gens appelés Breeders savent dompter les Tremors, ce qu’ils payent par une vie de solitude pour la peur qu’ils inspirent. Ion ne s’en laisse pas décourager pour autant, car son père depuis longtemps disparu fut jadis un Breeder et maintenant qu’il dispose de son propre Tremor, Ion a bien l’intention de le retrouver.

Le thème du robot fait rarement bon ménage avec celui du post-apocalyptique, car le premier montre un aboutissement de la technique et du progrès qu’il présente comme positifs, alors que le second en symbolise les limites, voire l’échec pur et simple. Faire coexister deux sujets aussi opposés dans un seul et même récit ne représente donc pas un effort simple. Pourtant, depuis le postmodernisme des années 80, tous les amalgames semblent possibles, pour le meilleur comme pour le pire. D’autre part, et puisqu’il s’agit d’une création japonaise, Bullet Armors illustre à sa façon le rapport pour le moins paradoxal qu’entretiennent les nippons avec la technique – pour cette raison, d’ailleurs, on s’étonne surtout de ne pas voir plus de productions basées sur un tel contraste entre les idées.

D’autant plus que le Japon contemporain, déjà écartelé « entre tradition et modernité » depuis bientôt trois générations, endure l’envers du décor du progrès technique depuis vingt ans à l’époque où MORITYA se lance dans la création de ce manga. Or, cet auteur est né l’année suivante de la crise dont l’économie de l’archipel ne s’est toujours pas relevée. Comme nombre de ses contemporains, donc, il s’affirme surtout comme un enfant de cette crise, soit de l’échec de la modernité d’après-guerre à conjurer les démons d’avant la guerre du Pacifique. Ainsi peut-on voir dans l’univers de Bullet Armors une image du japon d’aujourd’hui où les sommets de la technique que symbolisent les Tremors côtoient le désastre social et humain correspondant ici à l’environnement post-apocalyptique.

Pour le reste, cette œuvre qui présente comme autre mérite de faire dans le bref, s’articule pour l’essentiel autour des codes narratifs typiques du shônen et du manga moderne, soit de nombreuses scènes d’action pas toujours indispensables pour faire avancer la narration mais néanmoins plaisantes et toujours bien amenées, ici doublées de la quête initiatique d’un jeune homme qui fera de lui un homme tout court ainsi que d’une autre pour un père dont le fils ignore tout et qu’il tend bien sûr à idéaliser. Du classique, donc, mais dans l’ensemble présenté d’une manière efficace à travers les turpitudes de jeunes gens qui se montrent attachants à défaut d’originaux et dont l’un d’entre eux au moins s’avérera surprenant, voire même assez tragique.

Si cette œuvre ne brille pas par sa complexité scénaristique, on apprécie néanmoins qu’elle ne se perde pas dans des récits annexes sans réel intérêt et qui sinon dilueraient une sauce survitaminée puisqu’il s’agit avant tout du principal intérêt de ce manga. Préférant le sprint à la course de fond, Bullet Armors mise tout sur un rythme brillant qui en fait ainsi une lecture tout à fait recommandable.

Bullet Armor, MORITYA, 2010
Kana, collection Shonen, 2014
192 pages, env. 7 €, six volumes

Le Voyage fantastique à Nulle Part – Den, tome 1er

le_voyage_fantastique_a_nulle_part_den_t1

Il émerge d’un vortex d’énergies cosmiques sans aucun souvenir de son passé ni de qui il est. Seules trois lettres résonnent dans son esprit embrumé par ce voyage à travers le temps et l’espace. D… E… N… Son nom est Den. Au loin derrière les dunes du vaste désert qui s’étend devant lui, les ruines d’un édifice mystérieux se tapissent dans la brume. Il ignore encore que les aventures qui l’y attendent feront de lui le sauveur de ce monde en proie à des forces pour qui les hommes ne sont que des proies.

Planche intérieure de la première édition française du comics Le Voyage fantastique à Nulle PartVoilà l’œuvre la plus aboutie de Richard Corben. Certains diront même son chef-d’œuvre, et ils ont peut-être raison. Car Den marque une étape dans la production de son auteur, pourtant à l’époque assez unique sous bien des aspects. Si Corben avait déjà expérimenté dans des créations précédentes sa technique de mise en couleur (1), que je crois pouvoir qualifier de révolutionnaire (2), c’est bien dans Neverwhere qu’il la poussa planches après planches jusqu’aux sommets qui firent sa gloire.

Planche intérieure de la première édition française du comics Le Voyage fantastique à Nulle PartMais résumer Den à une performance graphique reviendrait à en occulter tout ce qui en fait la substantifique moelle : en effet, les images ici servent surtout à sublimer le récit. Une histoire certes déjà lue, comme toutes les autres en fait, mais où les inspirations de Corben se mêlent en un kaléidoscope enfiévré de fureur et de magie, de terreur et d’épique, de futur lointain et de passé bien trop proche pour qu’on puisse l’oublier… Voilà ce qui se tapit entre les cases de Den.

Planche intérieure de la première édition française du comics Le Voyage fantastique à Nulle PartDepuis les plaines arides du Barsoom d’Edgar Rice Burroughs (1875-1950) jusqu’à la rage primitive du combat à l’arme blanche, voire à mains nues que ne renierait pas Robert E. Howard (1906-1936), et en passant par les horreurs issues de dimensions cosmiques de H. P. Lovecraft (1890-1937), on trouve dans Den une juxtaposition d’éléments qui lui donnent une saveur rarement égalée : celle de l’invitation au voyage vers des contrées inconnues mais familières à la fois.

Planche intérieure de la première édition française du comics Le Voyage fantastique à Nulle PartÀ vrai dire, Den nous parle de nous. Non dans ce que notre vernis de civilisation nous donne de faussement sophistiqué, mais bien dans ce qui se cache sous ce polissage artificiel source de toutes les névroses selon Freud (1856-1939). Corben nous montre ce qui arrive quand on efface le progrès, quand on libère de sa cage l’animal tapi au tréfonds de chacun. Voilà en quoi le voyage de Den se différencie de celui de Dorothy au pays d’Oz ou celui d’Alice dans le terrier du lapin.

Planche intérieure de la première édition française du comics Le Voyage fantastique à Nulle PartEn ce milieu des années 70 où Corben entama les premières planches de Den, sans trop savoir où elles le mèneraient d’ailleurs, ce qu’on appellerait un jour la narration graphique restait prisonnière du carcan d’un politiquement correct qui l’empêchait d’aborder certains thèmes. Des artistes comme Corben contribuèrent, et largement, à lui donner cet essor qui se poursuivit tout au long de la décennie suivante jusqu’à en faire un média enfin considéré avec sérieux.

Planche intérieure de la première édition française du comics Le Voyage fantastique à Nulle PartCe n’est d’ailleurs pas un hasard si Den s’évada de l’édition underground dans laquelle stagnaient les productions de Corben jusqu’ici en poursuivant sa publication dans les planches de Métal Hurlant (1975-1987) dont il devint vite la figure de proue – l’expression vient de la quatrième de couverture du second volume de la série – et peut-être même la parfaite expression du « style » Métal. En fait, Den reste surtout le combat d’un auteur pour se libérer des contraintes commerciales.

Planche intérieure de la première édition française du comics Le Voyage fantastique à Nulle PartPour cette raison, il ne faut pas voir de l’érotisme gratuit dans la nudité des personnages, ou bien de la facilité narrative dans les scènes d’action, ou encore du vide intellectuel dans les thèmes abordés qui se réclament d’une science-fiction pour le moins primitive. Même si toutes ces critiques restent recevables, elles passent à côté du sujet : à l’image de son personnage qui ne s’encombre pas de subtilité pour ce qui n’en demande pas, Den donne avant tout un grand coup de balai.

Planche intérieure de la première édition française du comics Le Voyage fantastique à Nulle PartPar une journée sans nuages, pour mieux goûter toutes les subtilités des couleurs sans pareilles de Corben, que Mœbius (1938-2012) lui-même compara à Mozart (1756-1791) (3), installez-vous donc bien confortablement au soleil et lisez le poème de Den dans ce pays magique de plaines arides jonchées de ruines hantées par les fantômes d’époques oubliées et qu’arpentent des lézards géants, des yétis du désert et des hommes-insectes, parmi d’autres habitants fabuleux.

En laissant ses préoccupations d’auteur pour le moins unique en son genre guider son trait déjà bien plus qu’expert dans l’élaboration de cette fascinante croisée des temps et des genres comme des thèmes et des représentations, Corben accoucha avec Neverwhere d’une création incontournable : plus qu’un voyage, c’est une révélation ; plus qu’une œuvre majeure, c’est un manifeste ; plus qu’un monument, c’est peut-être même une étape de l’Histoire du Neuvième Art.

Planche intérieure de la première édition française du comics Le Voyage fantastique à Nulle Part

(1) Il l’utilisa pour la première fois dans le récit court Un Héros caché ! (The Hero within), sur un scénario de Steve Skeates, publié dans le numéro 60 du magazine Creepy en 1974 et présent dans le recueil Eery et Creepy présentent : Richard Corben, Volume 1 (Delirium, novembre 2013, ISBN : 979-10-90916-10-4).

(2) Le lecteur curieux en trouvera une description étape par étape, hélas présentée uniquement en noir et blanc, dans Richard Corben. Vols fantastiques (Fershid Bharucha, Éditions Neptune, 1981).

(3) Jean « Mœbius » Giraud, préface à Den : La Quête, tome 1 (Toth, octobre 1999, ISBN : 978-2-913-99900-8).

Notes :

Le Voyage fantastique à Nulle Part est la suite du court-métrage Neverwhere, (Richard Corben ; 1969) qui mêle animation traditionnelle à des séquences en prises de vue réelles et qui reçut plusieurs prix, dont le CINE Golden Eagle Award.

Cette première aventure de Den en comics servit de base pour un sketch du film Métal Hurlant (Heavy Metal, Gerald Potterton, 1981).

Le Voyage fantastique à Nulle Part – Den, tome 1er (Den), Richard Corben, 1973
Les Humanoïdes Associés (collection Métal Hurlant), 1978
121 pages, environ 30€ (occasion seulement), ISBN-10 : 2-902123-45-0

Universal War One

Couverture de l'édition intégrale de la BD Universal War One2058 – Entre Saturne et Jupiter, au cœur des jeunes États les plus prospères de la Fédération des Terres Unies, la troisième flotte de l’United Earthes Force veillait inlassablement sur la périphérie du système solaire. Elle assurait par son gigantisme un incroyable sentiment de sécurité à ses habitants.

Mais LE MUR est apparu.

Si grand, si sombre.

Insondable.

C’est à une escadrille d’officiers en cour martiale qu’échoit la périlleuse mission d’en percer les secrets… Et ce sera au péril de leurs vies.

Ici commence la Première Guerre Universelle.

Il y a dix ans maintenant, depuis la parution du sixième et dernier volume de cette série dont le premier sortit huit ans plus tôt, qu’Universal War One compte parmi les grandes réussites de la science-fiction sur le média de la BD francophone – et peut-être même de la BD tout court. Avec son scénario échafaudé dans les moindres détails, ses personnages plus ou moins sociopathes et son intrigue maîtrisée à la perfection, cette œuvre-phare de Denis Bajram rappelle à bien des égards le monumental Watchmen (1986) d’Alan Moore et Dave Gibbons. Quant au thème toujours délicat du voyage dans le temps, il s’orchestre ici sans aucun paradoxe, rejoignant ainsi les grands textes du genre comme le célèbre Vous les zombies (Robert A. Heinlein, 1959).

Universal_War_One_illus1Bien sûr, école franco-belge oblige, on ne trouve pas ici cette maîtrise de la prose typique de Moore, qui enrichit la partie artistique de manière fondamentale avec des textes illustrant les pensées des protagonistes et qui contribue de façon décisive à l’immersion du lecteur. De même, on peut regretter que la partie documentaire, faute d’un meilleur terme, qu’on trouve à la fin de chaque chapitre de Watchmen ne prend ici que deux pages car on aurait apprécié d’en savoir plus sur cet univers, même si celui-ci se montre somme toute assez classique. Il y a par contre une certaine dimension politique dans cette dénonciation du rôle des multinationales sur la scène internationale que chacun de nous connaît bien à présent.

Mais il ne s’agit pas de faire un faux procès à UW1, car toute sa force se trouve bel et bien dans son orchestration, montrant ici une maestria beaucoup trop rare, d’un des thèmes qui comptent à la fois comme les plus répandus et les plus difficiles à maîtriser de la science-fiction. D’abord parce qu’il s’agit d’un des plus anciens du genre et qu’on en trouve des exemples plus qu’à foison, de sorte que parvenir à se montrer original relève déjà de l’exploit ; ensuite parce que la structure même des récits de voyage dans le temps, d’une malléabilité sans aucune mesure avec celle des autres thèmes principaux du genre, augmente considérablement les probabilités de générer une incohérence, ou paradoxe – inutile de citer des exemples…

Universal_War_One_illus2Bajram navigue donc sur ces eaux capricieuses en parvenant à éviter ses deux principaux récifs, ce qui pousse déjà à l’admiration, et s’il ne renouvelle pas le thème du voyage dans le temps en le poussant vers une nouvelle évolution, comme le firent en leur temps Poul Anderson (1926-2001) avec ses récits de La Patrouille du temps (Guardians of Time, 1960), et Isaac Asimov (1920-1992) dans La Fin de l’Éternité (The End of Eternity, 1955), il illustre malgré tout à merveille un concept très peu utilisé : le continuum espace-temps comme un tout cohérent, où le temps totalise tous les voyages y ayant eu lieu au moment du récit ainsi que tous ceux qui y auront lieu à l’avenir.

Formulé autrement, aucun personnage ne modifie quoi que ce soit. Tous obéissent de fait à une histoire déjà écrite et sur laquelle leurs plus petites décisions s’inscrivent en réalité dans un ordre naturel des choses qu’ils ne peuvent impacter puisqu’ils en ignorent les tenants et les aboutissants. Pour paraphraser Ursula K. Le Guin dans son très recommandable La Main gauche de la nuit (The Left Hand of Darkness, 1969), nous ne sommes libres de nos actes que tant que nous en ignorons les conséquences – ou encore : connaître son futur revient à perdre sa liberté. Ainsi l’antagoniste du récit, pour sa folie autodestructrice, ou quelque chose de cet ordre, rappelle beaucoup le personnage d’Ozymandias dans le Watchmen déjà cité.

Universal_War_One_illus3Outre que le récit exposé démontre des qualités scénaristiques rarement égalées, un tel postulat présente aussi le mérite d’éviter de recourir à l’astuce toujours un peu facile, sinon franchement douteuse de l’univers parallèle contenant une autre version de l’histoire connue : ce genre de procédé narratif ne convainc plus personne depuis longtemps, et surtout pas un connaisseur du genre, d’une part, et d’autre part il paraît tout de même pour le moins ardu de concilier avec les lois physiques l’idée d’un univers qui se dédouble tout entier à chaque décision de ses habitants, soit à chaque seconde au moins, et d’autant plus que chacun de ces doubles devrait en enfanter un autre à la même allure lui aussi – Lavoisier (1743-1794) ne me contredira pas.

Il y a dix ans, donc, qu’UW1 trône au panthéon de la BD de science-fiction. Si grand, si sombre, et presque aussi insondable que ce MUR à partir duquel se déploie un récit hors normes où des personnalités tordues s’affrontent dans un monde au moins aussi malade. Le succès critique se doublant du commercial, cette courte série engendra un rejeton, Universal War Two, dont le premier tome sortit il y a trois ans.

Mais ceci, comme il se doit, est un autre voyage…

Universal_War_One_illus4

Universal War One, Denis Bajram, 1998-2006
Quadrants, collection Quadrant Solaire
72 pages, env. 15 €, 6 volumes

– le site officiel de Denis Bajram
– le site officiel de la série

La Cité Saturne

Couverture du premier volume de la série manga La Cité SaturneDevenue une zone protégée, la Terre est maintenant interdite d’accès. Toute la population habite une cité formant un vaste anneau autour de la planète, et dans lequel les hiérarchies sociales ont la vie dure. Mitsu est le fils d’un laveur de carreaux disparu alors qu’il nettoyait les vitres extérieures de la Cité Saturne. En sortant du collège, il décide de suivre les traces de son père et rejoint la guilde des laveurs de fenêtres où il apprend vite que ce métier exige persévérance et patience mais aussi dévouement et compassion. 

Pour des raisons qu’on s’explique toujours encore assez mal, le genre de la science-fiction attire peu d’auteurs féminins. On retient en général comme principale raison derrière cet écart la froideur technique du domaine qui rebuterait des personnalités souvent plus enclines à dépeindre les relations humaines que les prospections techno-scientifiques, même quand celles-ci focalisent sur l’exploration de l’influence des progrès scientifiques sur les systèmes sociaux – pourtant le signe d’une science-fiction qui prétend à une certaine qualité (1). On peut malgré tout citer Octavia E. Butler (1947-2006), Marion Zimmer Bradley (1930-1999) ou Ursula K. Le Guin parmi les écrivains les plus importants du genre.

Planche intérieure du manga La Cité SaturneSi le travail de Hisae Iwaoka n’évoque en rien, ou si peu, celui de ces illustres prédécesseurs, cette courte série n’en brille pas moins par ses immenses qualités narratives empreintes d’une profonde humanité. Loin d’une action constante menée plus ou moins tambour battant, telle qu’on pourrait attendre d’auteurs bien moins inspirés, La Cité Saturne se focalise au contraire sur des tranches de vie au sein d’un habitat qui évoque certaines des visions les plus folles d’un Arthur C. Clarke (1917-2008). Car dans ce futur en fin de compte tout à fait possible, les luttes de classe restent d’actualité, et notamment à travers une division en trois « étages » de l’anneau dont le premier accueille les plus pauvres alors que les plus riches habitent le dernier.

Comme il se doit, et en raison même de son métier, Mitsu compte parmi les prolétaires de ce futur pas si différent de notre présent. La vie, en effet, ne lui laisse pas d’autre choix que d’inscrire sa voie dans celle de son père disparu en exerçant un travail aussi pénible que dangereux puisqu’il consiste à arpenter la surface extérieure de l’anneau, là où des vents violents et des micrométéorites constituent les moindres maux. Pourtant, c’est encore là que les différentes classes sociales se mélangent le plus : à travers les vitres des immenses fenêtres qu’il nettoie jour après jour, Mitsu noue parfois des relations aussi étranges qu’inattendues avec des gens d’un statut souvent bien plus élevé que le sien.

Planche intérieure du manga La Cité SaturneÀ partir de ces contacts, parfois fugaces, parfois durables, le jeune garçon se forge une vision du monde d’où sa nature aimable et bienveillante sort renforcée, ce qui peut étonner mais contribue surtout à le rendre attachant – le développement d’un personnage, après tout, ne signifie pas toujours que celui-ci doit passer d’un extrême à l’autre… Mais c’est aussi l’occasion pour l’auteur de dépeindre une société future où les plus nantis, en fin de compte, ne s’estiment pas forcément les plus chanceux, et chacun d’entre eux pour leurs propres raisons, ce qui nous ramène encore une fois à notre propre présent. Les deux derniers volumes, d’ailleurs, donnent l’occasion de voir que les plus gros problèmes ne viennent pas toujours d’en haut…

Mais il ne s’agit là, pour l’essentiel, que du dénouement de récits somme toute assez annexes. Car en fin de compte, pour ses accents poétiques que complimente à merveille un trait à la limite du naïf, dans le sens le plus pur du terme, La Cité Saturne s’affirme comme une œuvre certes singulière et inattendue mais surtout bienvenue : en évitant avec adresse les écueils de la dystopie comme les grondements des machines, deux thèmes propres à la science-fiction mais dont on connait les limites depuis longtemps, elle nous offre un récit à la sensibilité profonde qui ne laisse pas indifférent et continue à habiter son lecteur pour longtemps.

Planche intérieure du manga La Cité Saturne

(1) pour le rapport entre science et société dans la science-fiction, lire l’article « Social Science Fiction » d’Isaac Asimov au sommaire de « Modern Science Fiction: Its Meaning and Its Future » (New York: Coward-McCann, 1953) ; lire un exemple dans l’article « Asimov’s Three Kinds of Science Fiction » sur le site tvtropes.org (en).

La Cité Saturne, Hiwae Isaoka, 2006
Kana, collection Big Kana, 2009-2012
192 pages, env. 8 €, sept volumes

Royal Space Force

Couverture de l'édition française du comics Royal Space ForceÀ la fin de la seconde guerre mondiale, et grâce à des technologies prises aux nazis, l’Angleterre peut se lancer la première dans la conquête de l’espace. Une entreprise colossale menée par le très réactionnaire John Dashwood qui ne reculera devant aucun sacrifice, pas même le sien. Et un demi-siècle plus tard, le Royaume-Uni règne sur les principales planètes du système solaire. C’est alors que l’instance suprême de l’Empire Britannique le convoque pour le sommer de s’expliquer : comment a-t-il pu rendre possible l’impossible ?

À la problématique bien connue selon laquelle on ne retient aucune leçon de l’histoire, Warren Ellis, dans le cas présent, préfère une question plus pertinente car moins convenue : comment retenir une leçon de l’histoire ? Sa réponse, ici présentée à travers une courte série de comics en trois parties mais publiée en France en un seul volume, présente d’assez nets accents darwiniens, faute d’un meilleur terme. Car l’Empire Britannique de cette uchronie ne doit la sauvegarde de son statut de grande puissance coloniale qu’à la force brute que lui donne sur les autres nations de cet univers parallèle sa suprématie dans les technologies de l’espace – par une autre forme de colonisation, donc, celle du système solaire en l’occurrence.

Planche intérieure du comics Royal Space ForcePour cette raison, il ne faut pas voir le principal intérêt de ce récit dans sa révélation finale, un élément narratif dont l’effet de chute tombe ici un peu à plat, ce qui étonne assez de la part de cet auteur, mais plutôt dans la description certes un peu sommaire bien que tout à fait révélatrice de ce Royaume-Uni alternatif où, parmi d’autres travers, la ségrégation reste d’actualité, ce qu’illustre à merveille la toute dernière case de cette courte série. Sur ce point, le personnage de John Dashwood, pour le moins autoritaire et borné, se veut tout à fait éclairant : il représente à lui seul tous les excès d’une Angleterre qui, dans cette autre réalité, a su résister à la décolonisation et n’a donc pas eu besoin de se remettre en question.

Mais outre cet aspect de satire sociale articulé autour d’une réflexion sur l’histoire, ou du moins d’une méditation sur l’utilité des revers dans la maturation d’une civilisation, on trouve aussi dans Royal Space Force un hommage à cette SF d’antan, celle des pulps, avec ses astronefs bigarrés aux designs rétro-futuristes, son exaltation de l’esprit pionnier et son sense of wonder. Dans la lignée d’un Dan Dare (Frank Hampson ; 1950), là aussi une œuvre britannique, cette courte série ressuscite le goût de l’épopée spatiale d’hier en répondant ainsi à ce besoin de rêve qui porte nos espoirs et nous permet ainsi d’échafauder de meilleurs lendemains.

Mais à condition d’en payer le prix…

Planche intérieure du comics Royal Space Force

Note :

Ce comics connut une première publication française en 2005 sous le titre de Ministère de l’espace.

Récompense :

Sidewise Award for Alternate History (dans la catégorie forme courte) en 2005.

Royal Space Force (Ministry of Space), Warren Ellis & Chris Weston, 2001
Delcourt, collection Contrebande, mars 2011
84 pages, env. 14 €, ISBN : 978-2-756-02306-9

– le site officiel de Warren Ellis
– le site officiel de Chris Weston
– d’autres avis : Agora Comics, Billet Bulles, Mr. Zombi, Bulles & Onomatopées

Universal War Two : le trailer

La présentation détaillée sur Actua BD

1945

Couverture de l'édition française du manga 1945Automne 1939, à Offendorf, une ville d’Allemagne. La jeune Elen, issue d’un milieu bourgeois, rencontre Alex, un orphelin qui ne trouva rien d’autre pour s’en sortir que d’intégrer les Jeunesses hitlériennes. Avec la Seconde Guerre mondiale sur le point d’éclater, cette histoire a priori banale prend soudain une tournure tragique alors que chacun des deux tente de trouver le plus juste chemin à suivre quand tout devient flou, y compris la notion d’humanité qui comme toujours est la première victime des balles et des bombes…

Que faire contre l’horreur ? Comment dire quand elle dépasse les mots ? Pourquoi juger alors que tous ceux qui survivent pour témoigner y ont pris part, d’une manière ou d’une autre ?

Voilà quelques-uns des questionnements que suggère Keiko Ichiguchi dans 1945. Loin de tenter d’expliquer, de rationaliser ou d’éduquer, elle se contente de raconter. À partir de deux destins dont rien ne laissait présager la rencontre, plus ceux qui gravitent autour de ceux-là, elle déroule peu à peu le fil d’une trame inattendue dans sa portée, poignante dans sa lucidité, terrible dans son humanité. Car ici point de monstres mais juste des gens comme vous et moi perdus dans une tourmente qui les dépasse…

Ce qu’on apprécie surtout, c’est la mesure du récit où tout s’enchaîne avec logique, presque une certaine froideur même. L’auteur trouve ici une retenue d’autant plus difficile à assurer que le sujet se veut bien sûr prétexte à tous les excès. Sans colère ni hargne, pourtant, elle peint un tableau qui glisse peu à peu vers l’horreur la plus folle et où chacun de nous pourra trouver une partie au moins de son portrait.

Se concluant l’année qui lui donne son titre, 1945 nous rappelle la précieuse leçon qu’une guerre ne laisse ni gagnants ni perdants mais juste des survivants : à ceux-là, après coup, de trouver la force de continuer avec le poids de ce qu’ils ont fait, de ce qu’ils n’ont pas fait, de ce qu’ils auraient pu faire d’autre…

1945, Keiko Ichiguchi, 1997
Kana, collection Made In…, septembre 2005
128 pages, env. 10 €, ISBN : 978-2-871-29864-9


Entrer votre e-mail :