Posts Tagged 'recherche'

Aider la Recherche scientifique ne coûte rien !

Absolument : il existe des tas d’applications téléchargeables, sans frais ni contribution aucune, qui rassemblent et calculent diverses données pour certains centres scientifiques afin d’aider la recherche qui en a bien besoin à notre époque où les budgets des labos se réduisent toujours plus à chaque jour.

Voici une liste (non-exhaustive) de certaines applications disponibles en libre téléchargement et qui le plus souvent ne nécessite aucun enregistrement auprès de quelque base de donnée que ce soit. Ces programmes utilisent le processeur de votre ordinateur afin de mener à bien diverses opérations de calcul dont les résultats sont envoyés au centre de recherche correspondant avant de recevoir de nouvelles données à calculer, et ainsi de suite… Certains fonctionnent comme économiseur d’écran ou alors comme tache de fond mais tous peuvent être désactivés à loisir d’un simple clic quand vous avez besoin de toute la puissance de votre machine pour une raison ou pour une autre. Ainsi pourrez-vous contribuer, tout aussi modestement soit-il, à la recherche scientifique – c’est-à-dire à rendre notre monde meilleur.

RECHERCHE HUMANITAIRE :

Lifemapper : en l’utilisant comme économiseur d’écran, vous aiderez à mieux connaître la vie sur notre planète pour le bénéfice de la Terre, de ses habitants et leur environnement. Ce programme calcule, cartographie et permet d’approfondir les connaissances concernant les zones où vivent les espèces animales et végétales de la planète et celles où ces même espèces pourraient vivre mais aussi où et comment ces espèces pourraient se propager à la surface du globe. Tous ensemble, les Lifemappers permettent d’établir un puissant atlas électronique de la diversité biologique terrestre.

Folding@Home : ce centre travaille sur une meilleure compréhension de l’assemblage et l’agrégation des protéines ainsi que leur maladies associées telles que les Alzheimer ou Parkinson, ou encore la maladie de la vache folle. Les algorithmes de cette application sont conçus de sorte que chaque ordinateur qui rejoint le projet apporte une contribution significative à la vitesse de simulation.

ClimatePrediction.net : cette expérience a pour but d’obtenir le meilleur outil de prédiction d’évolution du climat afin d’aider à la compréhension de l’influence des hommes et des ses activités industrielles sur le changement de celui-ci. Bien que l’ensemble de la communauté scientifique s’accorde à dire que le climat du XXIe siècle sera très différent du précédent, personne ne peut réellement dire dans quelle mesure : rassembler les données de milliers de ces modèles téléchargeables permettra de créer la plus grande expérience de prédiction du climat.

FightAIDS@Home : basé sur le même principe que Folding@Home et soutenu par BOINC! (voir ci-dessous), ce client vous permet de participer à la recherche contre le sida.

RECHERCHE PHYSIQUE ET MATHEMATIQUE :

Euler : ce projet a pour but de trouver une puissance de six égale à six puissances de six.

OGR (Optical Golomb Ruler) : Les règles de Golomb doivent leur nom au docteur Solomon W. Golomb, un professeur de mathématiques qui s’est surtout intéressé à l’analyse combinatoire, à la théorie des nombres, à la théorie du codage et aux communications. Le docteur Golomb s’intéresse aussi aux jeux et aux énigmes mathématiques : il est l’auteur de nombreux articles parus dans la rubrique « Jeux Mathématiques » de Scientific American. Les OGR ont de nombreuses applications dont entre autres : le positionnement des capteurs pour la cristallographie à rayons X, et la radioastronomie. Les règles de Golomb jouent aussi un rôle en combinatoire, en théorie du codage et dans les communications ; le docteur Golomb est l’un des premiers à avoir analysé leur utilité dans ces domaines.

GIMPS (Great Internet Mersenne Prime Search) : un nombre premier Mersenne est un nombre premier de la forme 2P-1. Le 40e a été découvert le 17 novembre 2003 par l’ordinateur de Michael Shafer et contient 6 320 430 décimales.

Seventeen or Bust : il s’agit d’une tentative pour résoudre le problème du nombre de Sierpiński.

RECHERCHE GLOBALE :

BOINC! : ce projet propose de partager les ressources entre des projets indépendants, le client installé permet de choisir les projets auxquels on souhaite participer. L’application téléchargera et installera elle-même les programmes nécessaires et administrera la gestion des temps de calcul à leur consacrer en fonction des préférences que vous paramétrez ; si un projet est abandonné ou temporairement arrêté, le temps de calcul sera réparti entre les autres projets toujours actifs.

Voilà ce que je peux vous proposer dans l’état actuel des choses : si avec tout ça vous ne trouvez pas votre bonheur, c’est que vous y mettez de la mauvaise volonté… Accessoirement, si vous trouvez d’autres initiatives de ce genre à rajouter à cette liste, n’hésitez pas à m’en tenir informé dans les commentaires ou ailleurs.

Publicités

Du génie à la folie…

Photo de l'artiste peintre Salvador Dali… Il n’y a qu’un pas : c’est bien connu. Ou du moins, c’est la légende qui court au sujet des artistes depuis l’aube des temps.

Pourtant, le sujet est revenu dernièrement sur le devant de la scène, à travers les résultats de recherches scientifiques très sérieuses qui ont permis d’établir un lien entre des prédispositions à la créativité supérieures à la moyenne et les signes cliniques de certaines affections mentales…

C’est ce qu’expliquait il y a quelques mois le blog En Quête de science dans cet article : d’une manière assez semblable à celle de patients souffrant de troubles d’ordre psychotique, les personnes jugées plus créatives que la moyenne – selon un type de test bien précis (1) – seraient moins réceptrices à la dopamine dans la région de l’hypothalamus.

Mais malgré ce point commun, aucune de ces personnes considérées comme « créatives » ne présentent de signe d’une psychopathologie quelconque. Et puis surtout, « créatif » ne signifie pas forcément « artiste » : beaucoup de gens se sont affirmés créatifs en proposant des solutions nouvelles à des problèmes connus depuis longtemps, et dans tous les domaines – finance, éducation, technique, communication,… et science.

Bref, heureusement qu’il y a des gens capables de sortir du moule pour proposer des idées neuves, même si on n’en voit pas forcément l’utilité sur le moment : à leur manière, eux aussi font avancer le monde après tout, alors rien que pour ça ils ont bien le droit d’être originaux ; voire, pourquoi pas, et tout simplement… un peu excentriques.

(1) et forcément sujet à caution, comme à chaque fois que la science tente de placer des chiffres là où ils n’ont aucune raison de s’y trouver : en effet, la créativité – aux dernières nouvelles – ne se mesure pas, elle se constate.

Des gamers et de leur cerveau…

Illustration "humoristique" d'un cerveau de nerd...Le site Bulletins Électroniques propose un article assez synthétique sur les résultats d’une étude scientifique récente quant au fonctionnement du cerveau d’un gamer – ce type de personne passionnée par les jeux vidéo.

Cette courte publication vous surprendra peut-être avec ses conclusions qui vont à l’encontre des idées reçues et mènent à penser que cette catégorie de gens utilisent bien plus leur cerveau que leurs réflexes quand ils s’adonnent à leur occupation favorite.

L’évocation de cette étude sur ce blog n’a qu’un but strictement informatif, et rien d’un troll. Je préfère préciser : on ne sait jamais… En tous cas, n’hésitez pas à laisser vos impressions dans les commentaires.


Entrer votre e-mail :

Publicités