Posts Tagged 'Warren Ellis'

Royal Space Force

Couverture de l'édition française du comics Royal Space ForceÀ la fin de la seconde guerre mondiale, et grâce à des technologies prises aux nazis, l’Angleterre peut se lancer la première dans la conquête de l’espace. Une entreprise colossale menée par le très réactionnaire John Dashwood qui ne reculera devant aucun sacrifice, pas même le sien. Et un demi-siècle plus tard, le Royaume-Uni règne sur les principales planètes du système solaire. C’est alors que l’instance suprême de l’Empire Britannique le convoque pour le sommer de s’expliquer : comment a-t-il pu rendre possible l’impossible ?

À la problématique bien connue selon laquelle on ne retient aucune leçon de l’histoire, Warren Ellis, dans le cas présent, préfère une question plus pertinente car moins convenue : comment retenir une leçon de l’histoire ? Sa réponse, ici présentée à travers une courte série de comics en trois parties mais publiée en France en un seul volume, présente d’assez nets accents darwiniens, faute d’un meilleur terme. Car l’Empire Britannique de cette uchronie ne doit la sauvegarde de son statut de grande puissance coloniale qu’à la force brute que lui donne sur les autres nations de cet univers parallèle sa suprématie dans les technologies de l’espace – par une autre forme de colonisation, donc, celle du système solaire en l’occurrence.

Planche intérieure du comics Royal Space ForcePour cette raison, il ne faut pas voir le principal intérêt de ce récit dans sa révélation finale, un élément narratif dont l’effet de chute tombe ici un peu à plat, ce qui étonne assez de la part de cet auteur, mais plutôt dans la description certes un peu sommaire bien que tout à fait révélatrice de ce Royaume-Uni alternatif où, parmi d’autres travers, la ségrégation reste d’actualité, ce qu’illustre à merveille la toute dernière case de cette courte série. Sur ce point, le personnage de John Dashwood, pour le moins autoritaire et borné, se veut tout à fait éclairant : il représente à lui seul tous les excès d’une Angleterre qui, dans cette autre réalité, a su résister à la décolonisation et n’a donc pas eu besoin de se remettre en question.

Mais outre cet aspect de satire sociale articulé autour d’une réflexion sur l’histoire, ou du moins d’une méditation sur l’utilité des revers dans la maturation d’une civilisation, on trouve aussi dans Royal Space Force un hommage à cette SF d’antan, celle des pulps, avec ses astronefs bigarrés aux designs rétro-futuristes, son exaltation de l’esprit pionnier et son sense of wonder. Dans la lignée d’un Dan Dare (Frank Hampson ; 1950), là aussi une œuvre britannique, cette courte série ressuscite le goût de l’épopée spatiale d’hier en répondant ainsi à ce besoin de rêve qui porte nos espoirs et nous permet ainsi d’échafauder de meilleurs lendemains.

Mais à condition d’en payer le prix…

Planche intérieure du comics Royal Space Force

Note :

Ce comics connut une première publication française en 2005 sous le titre de Ministère de l’espace.

Récompense :

Sidewise Award for Alternate History (dans la catégorie forme courte) en 2005.

Royal Space Force (Ministry of Space), Warren Ellis & Chris Weston, 2001
Delcourt, collection Contrebande, mars 2011
84 pages, env. 14 €, ISBN : 978-2-756-02306-9

– le site officiel de Warren Ellis
– le site officiel de Chris Weston
– d’autres avis : Agora Comics, Billet Bulles, Mr. Zombi, Bulles & Onomatopées

Supergod

Couverture de l'édition française du comics Supergod« Les hommes ont tout fait pour voir voler les super-héros, allant jusqu’à créer de toutes pièces les dieux qui sauveront la race humaine.
Mais personne ne s’est demandé comment ils s’y prendraient. »

Dans un Londres en ruines, sur une berge de la Tamise qui charrie des milliers de corps, le professeur Simon Reddin se met en contact avec son homologue américain pour lui raconter comment la fin du monde est arrivée…

Le genre de la science-fiction ne compte plus ses récits de fin du monde, que cette dernière constitue la conclusion de l’intrigue ou son point de départ : résultante d’une guerre nucléaire ou d’un cataclysme, voire d’un désastre écologique, elle laisse le plus souvent quelqu’un pour nous raconter comment ça sera après. De leur côté, par contre, les mythologies et les religions parlent plus volontiers d’apocalypse – quel que soit le terme précis qu’elles leur donnent – après laquelle il n’y a en général plus rien, même pas un narrateur. Supergod se place entre ces deux extrêmes, car en tant que résultats d’expériences pas toujours bien maîtrisées, les super héros, ici, dépassent le stade du surhomme pour atteindre celui du divin…

Planche intérieure du comics SupergodC’est donc surtout un moyen pour Warren Ellis de placer sur le même plan la science et la religion alors qu’elles se trouvent le plus souvent décrites comme dos à dos et dans l’impossibilité d’échanger quelque idée que ce soit de par leur nature respective même. Pourtant, l’une comme l’autre se caractérise entre autre par la fabrication d’objets de terreur auxquels leurs adorateurs se trouvent assujettis en raison de leur foi indéfectible envers la capacité de leur système de valeur à décoder le monde qui les entoure, c’est-à-dire à le contrôler. Le tout matériel, en réalité, présente les mêmes limites que le tout spirituel : il oublie la dimension humaine des rapports sociaux, pourtant seule chose capable de rendre la vie supportable.

Mais Ellis décrit aussi un besoin d’idoles si viscéralement ancré dans la nature humaine qu’en l’absence de dieux réels, les hommes se les fabriquent de toutes pièces sous couvert de créer des super armes, bien que sans pour autant parvenir à comprendre quelle volonté les anime, et encore moins à les maîtriser : le lot des dieux est de commander après tout, non d’obéir ; or, on sait bien comme les créations de l’homme ont la fâcheuse manie de n’en faire qu’à leur tête – surtout quand il s’agit de sauver le monde… En fin de compte, on trouve assez peu de différences entre les dieux et les monstres de Frankenstein, et quand plusieurs s’affrontent, peu importe lequel terrasse les autres car l’être humain, lui, perd toujours la partie.

Planche intérieure du comics SupergodDans la lignée du Miracleman (1982) d’Alan Moore, Supergod se veut résolument réaliste dans sa manière de nous décrire un monde où l’existence de super héros impacte l’évolution du monde. En fait, le seul reproche qu’on peut faire à cette courte série concerne – justement – sa longueur réduite qui ne permet pas de développer pleinement son concept initial pourtant riche et original à plus d’un titre. Mais ne croyez pas pour autant que l’auteur se contente de survoler son sujet : sous bien des aspects, il explore avec une habileté certaine les diverses tendances autodestructrices de notre présent où les intégrismes et les matérialismes ont hérité de la guerre froide cette technologie de destruction massive qui pourrait bien tous nous éradiquer.

Pour cette raison, Supergod traduit une compréhension du thème super héros rarement égalée. Non une de ces cultures encyclopédiques où l’érudit voit ses capacités de réflexion noyées dans une masse de détails en fin de compte assez mineurs, mais bel et bien une méditation reposant sur une vue d’ensemble du genre qui permet d’en distinguer la substantifique moelle, ou du moins de s’en faire une représentation bien assez exacte. Plus qu’un conte exceptionnel, Supergod s’affirme aussi comme une observation soigneusement soupesée sur ce qui reste à ce jour un élément prépondérant de la pop culture anglo-saxonne et qui depuis une dizaine d’années maintenant commence à donner des résultats à la mesure de son potentiel réel.

Planche intérieure du comics Supergod

Supergod, Warren Ellis & Garrie Gastonny, 2009
Milady, Milady Graphics, mai 2011
128 pages, env. 15 €, ISBN : 978-2-811-20530-0

– le site officiel de Warren Ellis
– la page web officielle de la série chez Avatar Press
– les 12 premières planches de l’album chez BD Gest’
– d’autres avis : Absolute Zone, Mandorine, Chroniques de l’abîme, Pulp Club, RSF


Entrer votre e-mail :