Fight Club

Affiche française du film Fight ClubUn employé de bureau insomniaque se soulage du stress en suivant des réunions de malades en phase terminale ou de rescapés d’un cancer des testicules. Jusqu’à ce qu’il rencontre Tyler Durden, un fabricant et vendeur de savon dont la philosophie de la vie rejette toute forme de consommation : tous deux deviendront vite inséparables, avant de fonder un club de combat clandestin qui accueillera toujours plus de membres – un fight club que Tyler Durden guidera peu à peu vers des desseins… obscurs.

Mais au fait, qui est Tyler Durden ?

Protéiforme, Fight Club aborde de front plusieurs thèmes : critique du consumérisme, de la manipulation, de la virilité perdue dans le modernisme ; ode à la liberté et au droit de choisir par soi-même, à la nécessité de se consacrer à la juste cause, mais aussi à l’autodestruction et à l’abandon d’espoir ; dénonciation du culte de l’apparence et de la futilité des questionnements postmodernes de notre temps… Bref, à travers autant d’idées jetées en tous sens par une réalisation dignes des vidéoclips les plus déjantés du moment, David Fincher finit en quelque sorte par dire tout et son contraire – il aurait, paraît-il, qualifié son film de blague.

De sorte que ce qui exsude de Fight Club au final rappelle une forme de folie rampante et par essence pernicieuse – elle frappe toujours au moment où on l’attend le moins… la personne qu’on croit la moins exposée. Dans ce sens, Fight Club illustre à merveille la mutation de la notion de civilisation qu’induit la société de consommation, celle-ci ayant atteint un sommet que personne ne soupçonnait après la chute du Rideau de Fer ; or, cette mutation se traduit surtout par une accélération constante des progrès au sein du « Système technicien », et ceux-ci présentent comme corollaire une perte progressive des repères qui, elle, implique une forme d’abolition de la raison (1).

Voilà comment se téléscopent tous ces thèmes, ces idées en apparence contradictoire mais qui trouvent pourtant toutes leurs racines dans un quotidien devenu inhumain et où la folie s’affirme de plus en plus comme la seule voie de sortie. Au moins de façon temporaire. Et si la raison revient parfois, elle finit toujours par céder la place à nouveau : l’appel de la liberté est très fort, c’est bien connu, et l’esprit humain peut montrer une imagination à toute épreuve pour y céder – ce n’est pas le docteur Freud qui me contredira sur ce point d’ailleurs (2).

Et voilà comment Fight Club atteint cette universalité dans son propos : non à travers la pluralité des thèmes abordés – car leur nombre restera toujours en quantité inférieure par rapport à ceux que propose la réalité – mais par la folie au moins sous-jacente que cette pluralité implique et qui constitue un reflet du présent, par le feu d’artifice d’idées qu’elle apporte et dans lesquelles chacun peut trouver sa vérité – celle qui l’isole des autres.

Or c’est bien cette solitude qui pousse le narrateur dans cette automutilation mentale où le récit trouve son point de départ, celle-là même qui le jettera dans les griffes de Tyler Durden – lui aussi victime de sa propre folie.

Reste encore à savoir qui est Tyler Durden

(1) le développement technique est incontrôlable par essence : parce qu’on le subit, il exerce une pression constante sur l’esprit qui se trouve ainsi plus exposé au stress et à l’anxiété, et donc in fine aux pathologies mentales.

(2) je rappelle brièvement que Freud considérait les névroses comme trouvant leurs racines dans les exigences sociales : si celles-ci se durcissent, notamment à travers le progrès technique, que deviennent les névroses ?

Récompenses :

Empire Award de la meilleure actrice britannique pour Helena Boham Carter en 2000.

Notes :

Fight Club est une adaptation du roman éponyme de Chuck Palahniuk publié en 1996. Le propos y est plus spécifique et la narration plus décousue que dans le film.

Une adaptation en jeu vidéo de combat, sous le même titre, vit le jour en 2004 pour Xbox et Playstation 2.

En dépit d’un score pour le moins mitigé au box office, Fight Club connut un immense succès en DVD, au point qu’il est maintenant considéré comme un film culte.

Fight Club, David Fincher, 1999
Fox Pathé Europa, 2010
135 minutes, env. 10 €

- l’article de Raphaël Arteau-McNeil dans la revue PHARES, Volume 1 Hiver 2001
- le site officiel du film

About these ads

9 Responses to “Fight Club”


  1. 1 Dicky 16 décembre 2010 à 11:45

    Et si tu veux connaitre des détails sur le tournage comme par exemple comment Palahniuk a découvert dans le diner à coté du studio que les serveurs ressemblaient au Space Monkeys de son roman et ainsi de suite, tu devrais lire Festival de la couille et autres histoires vraies. La nouvelle sur les constructeurs modernes de chateau est mortellement chiante mais après, il y a du très bon et des petites anecdotes croustillantes sur cette époque Fight Club que j’ai adoré. Du Nihilisme à l’état pure, un hymne à une alternative philosophique trop rare.
    Cordialement

    Dicky le Canard

  2. 3 Gaëtan 16 décembre 2010 à 13:41

    Article très intéressant, tu mets très bien en avant les contradictions dans les thèmes abordés mais aussi fascination qu’exerce le film.
    Je ne peux qu’applaudir quand je vois une critique positive de Fight club et de tout ce qui touche Chuck Palahniuk ! Les "Singes de l’Espace" ne peuvent qu’être d’accord de toute façon.
    Chapeau bas !

    • 4 Guilhem 16 décembre 2010 à 19:20

      Je me doutais bien que ça vous plairait, au moins un peu… ;]

      • 5 zoltenk 16 décembre 2010 à 20:15

        Je suis tout à fait d’accord avec mon camarade, il s’agit d’une excllente critique d’un film non moins excellent ! Il est marrant de constater à quel point ce film (cette histoire) semble toucher tout le monde par sa folie à laquelle chacun adhère malgré sa perversion !
        Et concernant le jeu je n’en savais rien mais je vais m’empresser de me le procurer :D
        En tout cas pour tous ceux qui ont aimé le film, ne passez pas à côté du livre. C’est devenu ma bible pero depuis un bout de temps !

  3. 6 A.C. de Haenne 17 décembre 2010 à 22:34

    Pour moi, Fight Club est un film à la réalisation époustouflante, que je me suis amusé à qualifier d’anarcho-schizophrène !
    Bonne chronique !

    A.C. de Haenne

  4. 7 Guillaume44 18 décembre 2010 à 13:14

    Très intéressant cet article, j’avoue ne pas avoir encore vu le film, il faudra que j’y remédie !

  5. 8 Guilhem 18 décembre 2010 à 23:18

    Tu ne seras pas déçu du voyage, garanti sur facture ^^

  6. 9 NicK 25 octobre 2011 à 13:26

    Très bon film. Les livres ont très bonne réputation (le festival de la coui**e, mon libraire m’a dit que c’était barré :D ).
    Je ne suis pas trop d’accord avec toi sur la perte progressive des repères à cause du progrès. En tant qu’individu, tu peux choisir de dire NON à certaines formes de "progrès" (ex. : j’ai un smartphone mais je ne l’utilise pas à tout bout de champ et pur n’importe quoi, avoir des écrans TV ou des PC-like dans chaque pièce, …). C’est difficile de résister et tu n’es pas toujours compris de la majorité des gens (que je qualifierai alors de décérébrés). Mais un certaine frange de la population a bien compris que progrès effréné ne rime pas toujours avec bienfait pour l’Humain. (je parle juste des cotés négatifs avec la pollution, les maladies "modernes" [obésité, stress, ...]). Bref, bonne analyse quand même. :)

    J’adore l’expression "la futilité des questionnements postmodernes de notre temps…"
    :p
    NicK.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




décembre 2010
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
http://www.wikio.fr
http://www.wikio.fr

Entrer votre e-mail :

toute la culture sur ulike
Wikio - Top des blogs
Wikio - Top des blogs - Multithématique

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 84 followers

%d bloggers like this: