Star Stealing Prince

Visuel de promotion du jeu vidéo Star Stealing PrinceDans le royaume aux neiges éternelles de Sabine, la paix règne grâce à la seule présence du prince qui veille sur son peuple. Pourtant, ses nuits sont souvent agitées du même cauchemar où une silhouette sombre menace d’assassiner la jeune prisonnière d’une tour située non loin.

Bien déterminé à venir en aide à la jeune fille, le prince s’aventure seul dans les neiges sans fin hantées par les esprits des morts. Il ignore encore que l’aventure dans laquelle il se lance lui fera découvrir sur son passé familial, ses origines ainsi que son destin bien des faits qu’il aurait préféré ne jamais savoir… Mais aussi qu’il réveillera sans le vouloir des forces obscures qui menaceront tout le royaume de Sabine : c’est bien là le prix du péché à expier après tout – mais à qui en revient la faute originelle ?

Souvent présenté comme le pendant moderne des légendes médiévales et des récits mythologiques (1), le genre de la fantasy présente néanmoins une différence de taille avec les précédents en ce qui concerne la place donnée à la magie et à l’action en général : peut-être influencée par des productions bien plus contemporaines et plus axées sur les visuels que les aspects littéraires, comme le cinéma et la BD, la fantasy tend souvent à une certaine surenchère en effets spéciaux qui, à l’instar des blockbusters, ne parvient qu’avec difficulté à dissimuler une certaine vacuité de fond. La substance du rêve, du merveilleux – au sens classique du terme – et l’invitation au voyage, extérieur comme intérieur, que suscitent des textes plus anciens en semblent absents.

Screenshot du jeu vidéo Star Stealing PrincePour cette raison, beaucoup voit dans la fantasy une sorte de succédané, un ersatz des légendes d’antan qui, il vaut de le souligner, ne furent pas la plupart du temps écrites par une seule personne isolée mais au contraire le fruit d’une tradition orale qui à chaque nouvelle génération enrichissait le récit de départ avec de nouvelles idées et thèmes, au point d’en faire après un certain temps d’une telle maturation une œuvre bien plus profonde qu’un auteur isolé aurait pu espérer obtenir pendant la seule durée de sa propre vie. Formulé autrement, en empruntant leur substance tant littéraire qu’intellectuelle à des mythes plus anciens et donc fondateurs, ces fables s’assuraient ainsi l’éternité, faute d’un meilleur terme.

Star Stealing Prince s’abreuve aux mêmes sources, les contes et légendes traditionnels, qu’il transforme jusque ce qu’il faut pour que leur substance apparaisse moins que ce qu’elle se fait ressentir – signe évident de cette subtilité d’esprit qui différencie les véritables œuvres littéraires des autres. Voilà pourquoi ce récit consiste bien moins au final en une invitation à l’épopée, avec tout ce que ce terme peut supposer de grand spectacle racoleur, que d’une autre balade en féérie, ou du moins une terre tout à fait semblable, ce qui n’a pas de prix, en tous cas pour ceux d’entre nous biberonnés aux épopées arthuriennes et autres Branches du Mabinogi, parmi d’innombrables récits des folklores d’Europe.

Screenshot du jeu vidéo Star Stealing PrinceBien sûr, les plus tatillons ne manqueront pas de souligner que le récit, parfois, s’égare dans des directions inutiles, ou bien qu’il ne résout pas tous les mystères qu’il pose, ou encore que certains détails de la narration semblent en contredire d’autres. On en trouve des comme ça, qui s’attachent bien plus aux apparences que ce qu’elles convoient – ces ressentis et ces émotions qui font la substance des Arts et des Lettres. D’autres lui reprocheront de se montrer trop directif, de ne laisser que bien trop peu de place aux choix du joueur, en oubliant par là même qu’un écrivain reste avant tout un tyran : on le suit ou pas mais il demeure le maître de son univers, de son rêve, de son jeu – et ceux-là ne se partagent pas toujours facilement…

Enfin, il y a ceux-là, les plus tristes certainement, qui diront qu’un titre conçu sur RPG Maker ne peut, de fait, rien proposer d’intéressant, comme si le flacon comptait plus que l’ivresse ; il n’y a hélas rien à leur répondre, sauf peut-être en leur suggérant des réalisations dignes d’intérêt – comme Star Stealing Prince, justement… Pour les autres, tous les autres, il reste une œuvre bien assez unique en son genre et tout à fait admirable sous de nombreux aspects, qu’aucun esprit curieux ne saurait manquer.

Et comme en plus de ça, c’est gratuit, vous n’avez vraiment aucune raison de passer à côté…

(1) Marc Duveau, L’Épopée fantastique, introduction à La Citadelle écarlate (Pocket, coll. Le Livre d’or de la science-fiction n° 5055, 1979, ISBN : 978-2-266-00758-0).

Notes :

Ceux d’entre vous qui seront tombés sous le charme de Star Stealing Prince pourront poursuivre la balade à travers sa suite officielle, Ephemeral Prince, un web novel qui fait suite à chacune des deux fins du jeu original.

Star Stealing Prince remporta en 2013 pas moins de huit Misaos, la distinction de référence dans la communauté RPG Maker, dont celui de Jeu de l’Année.

Star Stealing Prince
Ronove, 2012
Windows

– le site officiel de Star Stealing Prince
– la page du jeu sur TV Tropes

Le Projet : Trailer + Demo = Greenlight

Title_Cover_128Ça aura pris plus de temps que prévu parce que les choses se passent souvent ainsi, surtout quand on mène un projet en solo sur un moteur dont on ne sait presque rien, mais en tous cas l’objectif est rempli : comme indiqué dans le titre de l’article, la démo de mon jeu vidéo de rôle se trouve désormais disponible au téléchargement.

Alors, de quoi s’agit-il ? Chronicles of the Crystal Wars vous place dans la peau d’un jeune soldat sur le continent volant de Celestia, qui doit se rendre à la surface du monde, sous la Mer des Nuages, pour y récupérer de quoi alimenter le système qui permet à son royaume de rester hors de portée du Miasme, une ancienne malédiction qui détruisit jadis le monde en forçant du même coup ses lointains ancêtres à émigrer sur l’île dans le ciel – mais cette quête déclenchera des événements qui menaceront tout ce qui lui est cher…

Bien sûr, COTCW a son propre devblog ainsi que sa page FB et son compte Twitter mais aussi son entrée sur IndieDB : vous trouverez sur le premier tous les médias disponibles (artworks, screenshots, trailer, etc.) ainsi que des détails supplémentaires sur l’univers et le récit, mais surtout les liens de téléchargement de la démo qui propose pas moins de deux heures de jeu ; il y a aussi une (courte) liste de talents dont j’aurais bien besoin pour un coup de main : le projet étant commercial, je partagerais tous les revenus.

Et comme indiqué dans le titre de l’article, le projet se trouve aussi sur Greenlight où il saura utiliser toute l’aide que vous pourrez lui offrir…

Pheus and Mor

Pheus_and_MorPeut-être en raison de son emphase sur le divertissement et la distraction, le jeu vidéo n’aborde presque jamais des thématiques graves et encore moins douloureuses. Il en découle des récits souvent simples, dont les protagonistes présentent peu de caractère voire pas du tout, et à la charge émotionnelle pour le moins réduite si ce n’est inexistante. Hormis pour le tout dernier aspect que je viens d’évoquer, celui de l’émotion, un élément qui atteint ici des sommets, Pheus and Mor correspond tout à fait à cette description succincte – comme quoi on peut faire simple et court sans oublier ce qui reste le principal objet de l’Art…

Pour le reste, il s’agit d’un titre sans prétention aucune, aux mécaniques sommaires mais néanmoins accrocheuses et illustrées par une réalisation tant picturale que musicale à l’efficacité redoutable. Votre but ? Guider le jeune Pheus et son chien Mor à travers 10 niveaux où votre astuce comptera plus que votre dextérité, et ceci afin de savoir pourquoi nos deux héros se trouvent prisonniers de ce monde aussi étrange que dangereux.

Si la perspective de devoir sortir votre mouchoir à la fin de la partie ne vous effraie pas…

C’est sur Kongregate que ça se passe…

Dans l’Ombre de la Lune

Rain Town

Le Projet : teaser 3

cotcw_teaser04

cotcw_teaser05

cotcw_teaser06

Je suis Charlie

Je suis Charlie


Entrer votre e-mail :


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 102 autres abonnés