Les Dents du Dragon

Couverture de la dernière édition française de la BD Les Dents du DragonDans une boutique du port de Grotterdam, Franka trouve une sorte d’épée aux lames ornées de dents. Fascinée par les objets anciens, elle achète l’antiquité. Mais elle est agressée par une femme qui tente de la lui voler, quitte à la tuer. Comprenant que l’objet vaut très cher, Franka contacte une anthropologue, Ava Adelaar, qui identifie l’épée comme la mâchoire inférieure d’un dinosaure disparu depuis des millions d’années. Sauf que l’objet que détient Franka n’a pas plus de 1000 ans… Commence alors pour les deux jeunes femmes une course autour du monde, des Pays Bas jusqu’à l’Angleterre, puis Venise et les Philippines, à la recherche de la mythique Montagne des Dragons…

Planche intérieure de l'album de BD Les Dents du DragonContrairement à ce que pourrait laisser croire l’une ou l’autre des éditions de cette BD, Les Dents du Dragon est en fait la quatrième aventure de Franka – et aussi sa cinquième puisque cette histoire est répartie sur deux volumes. De son nom complet Francesca Victoria, elle ne devait au départ avoir qu’un rôle subalterne dans le tout premier récit où elle apparut en 1974, Le Musée du crime, la conclusion de cet album laissant peu de doutes sur ce point ; c’est seulement par la suite que Henk Kuijpers décida de lui donner le rôle principal : une décision risquée qui lui valut pourtant le succès car cette série qui compte à présent une vingtaine de volumes est maintenant éditée dans plusieurs pays européens. Mérite aussi d’être mentionné que Kuijpers reçut en 1990 le Stripschapsprijs, la plus haute distinction hollandaise pour les auteurs de BD…

Planche intérieure de l'album de BD Les Dents du DragonCe qui frappe dans son style graphique, et qui a attiré mon attention sur lui il y a maintenant plus de 20 ans, c’est l’épuration du trait. S’il rend ici et là des hommages, ou fait en tous cas des clins d’œil, et surtout dans ses premières productions, aux œuvres classiques de la BD franco-belge, cet artiste démontre une maîtrise tout à fait remarquable du dessin à travers un graphisme minimal où il n’y a jamais un seul trait de trop – tout comme le fit à son époque le très regretté Yves Chaland en relançant le style dit "ligne claire" jadis créé par Hergé. Mais ce style, ici tout de même considérablement modernisé, n’empêche pas pour autant Kuijpers de faire abonder les détails dans ses planches – d’une manière qui évoque un peu Margerin d’ailleurs – au point qu’on peut se voir parfois pris de tournis en les examinant de près.

Couverture de la première édition française du tome premier de la BD Les Dents du DragonIl aime les femmes aussi : il suffit de regarder de quelle manière il les représente. D’ailleurs, on s’étonne que des tenues aussi légères abondent à ce point dans une œuvre pour la jeunesse ; mais j’ai cru comprendre que sa série est passée au fil du temps d’un magazine à l’autre, dont l’audience est plus âgée. Pourtant il leur donne aussi le beau rôle, à la façon d’un Roger Leloup, l’exotisme en moins, et dans ce sens il est tout à fait dans la lignée de son temps qui a vu éclore le féminisme. Pour toutes ces raisons, je regrette que son œuvre soit aussi peu connue chez nous, même si je sais bien que le public français n’est pas très ouvert à la nouveauté ou à la différence.

Les racines européennes de l’inspiration de Kuijpers se trouvent aussi à la base même du récit, du moins dans le cas précis de cette quatrième aventure de Franka. Car cette aventure qui démarre sur les bords d’un quai suite à la trouvaille d’un objet inhabituel se poursuit ensuite à travers le monde entier, ou presque, à la manière de ces "Voyages extraordinaires" que popularisa jadis Jules Verne et qui devinrent par la suite le leitmotiv à l’origine de bien des œuvres dont beaucoup entrèrent dans la légende : rappelez-vous…

Reste l’histoire proprement dite. Quelque part entre le polar (ou assimilé) et l’aventure (dans tous les sens du terme), Les Dents du Dragon est une de ces invitations au voyage fantastique vers ces contrées parfois oubliées d’une enfance qui a su bien grandir : on ne boude pas un tel plaisir.

Note :

Cette chronique concerne l’édition française de 1987.

Les Dents du Dragon, Henk Kuijpers, 1984
Les Humanoïdes associés, mars 2007
46 pages, env. 6 €, ISBN : 978-2-731-61949-2

- chronique du tome suivant : Dragon-Tonnerre
– d’autres avis : Chronicart, Yozone
la fiche de l’album chez Les Humano (avec des planches en couleurs)

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre e-mail :


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 88 autres abonnés

%d bloggers like this: