Mobile Suit Gundam : Author’s Cut (2)

Image tirée de l'artbook M.S. Era - Mobile Suit Gundam 0001-0080 - The Documentary Photographs Of the One-Year-War

20 Juillet 1969 : L’Homme enfin parvenu sur la Lune y laisse la marque de l’aube du Siècle Universel.

Sommaire :

1. Introduction
2. L’univers de Gundam (le présent billet)
3. L’auteur
4. L’innovation
5. La colonisation de l’espace
6. La métaphore
7. Le newtype
8. Conclusion et sources

L’univers de Gundam :

La Terre est surpeuplée, polluée, ses ressources s’amenuisent à vue d’œil et l’impasse se profile à l’horizon malgré l’unification des nations en une Fédération qui s’avère impuissante à juguler le gaspillage perpétré par ces légions de parasites. Alors on ne s’embarrasse pas de sentiments et on balance tous ces indésirables dans l’espace. Sans leur demander leur avis bien sûr ; les précaires, les défavorisés, les survivants du Tiers-Monde, ceux qui dérangent la bonne morale mais aussi, surtout, ceux qui gênent l’ordre en place : les cas sociaux, les fous, les truands, les contestataires, les déviationnistes,…

Image tirée de l'artbook M.S. Era - Mobile Suit Gundam 0001-0080 - The Documentary Photographs Of the One-Year-War

UC 0001, des Sides en chantier : si les colonies spatiales devaient juguler la surpopulation, personne n’aurait pu prédire qu’elles engendreraient le nouveau conflit.

L’élite joue de ses relations pour rester sur Terre, maintenant bien confortable ; les autres sont entassés dans des colonies appelées Sides, issues de la technologie du tourisme spatial et qu’on fabrique à partir de cailloux extraits de la Lune, ou remorqués depuis la ceinture d’astéroïdes, ou d’ailleurs. Car on prend ce qu’on trouve et on ne fait pas trainer les choses : si on se presse assez, ils n’y verront que du feu. Les mécontents sont vite remis dans le droit chemin, à coups de fusils et de rangers. Pour éviter que les générations futures nous traitent trop fort de bouchers, on décrète un nouveau calendrier, histoire de maquiller le drame en révolution une fois de plus : on l’appellera Universal Century.

Image tirée de l'artbook M.S. Era - Mobile Suit Gundam 0001-0080 - The Documentary Photographs Of the One-Year-War

Juin UC 0018, un magazine célèbre la naissance du millionième spacenoid.

Et pourtant ça en est bien une de révolution, de ce genre que les dirigeants remarquent toujours trop tard. Après tout, ces colons forcés sont les constructeurs de la nouvelle frontière : ils ne peuvent pas être aussi insignifiants que ce qu’on veut le leur faire croire. Et puis surtout, concentrer dans l’espace des gens aux esprits aussi atypiques ne peut qu’encourager le développement d’idées nouvelles et donc d’autant plus dérangeantes ; ainsi, moins d’un demi-siècle après l’établissement du nouveau calendrier, alors que près de la moitié de la population humaine vit désormais en orbite entre la Terre et la Lune, des courants de pensée, des mouvements intellectuels se développent chez ces habitants de l’espace. Parmi ceux-là, la philosophie d’Elsem affirme que la race humaine devait quitter la Terre, berceau de la vie, afin de la laisser immaculée. Plus tard, Zeon Zum Deikun s’appuie sur la pensée d’Elsem pour fonder sa propre doctrine socio-politique qu’il appelle « contolisme » : ce mélange de ere-isme – la sainteté de la Terre – et de side-ism – la suprématie coloniale – stipule que l’Humanité toute entière doit quitter la Terre et chaque colonie devenir une nation indépendante.

Image tirée de l'artbook M.S. Era - Mobile Suit Gundam 0001-0080 - The Documentary Photographs Of the One-Year-War

Novembre UC 0028, des émigrants vers la Haute Orbite.

Un compromis trop intelligent pour plaire à ceux qui gouvernent, et d’autant plus qu’à force de se débarrasser de ses éléments jugés marginaux en les envoyant coloniser l’espace, la Fédération s’encroute en fait dans un conservatisme tout à fait réactionnaire. Alors Deikun fuit jusqu’à Side 3, la colonie la plus éloignée de la Terre, où il fonde la République de Zeon qui déclare son indépendance sous la protection de sa propre Garde Nationale nouvellement constituée. C’en est trop pour l’élite de la Fédération ! Mais comment faire rentrer dans le rang cette colonie dissidente sans de nouvelles effusions de sang qui terniraient l’image de progrès du Siècle Universel ? Après de longues tergiversations d’autant plus ralenties par les lourdeurs procédurières et diplomatiques, on choisit l’embargo économique. On en profite aussi pour durcir la politique vis-à-vis des autres colonies, au cas où l’exemple de Zeon leur donnerait des idées, et on entame un programme d’armement dissuasif : une flotte de guerre spatiale est mise en chantier alors que l’exploitation minière de l’astéroïde Luna II est transformée en forteresse orbitale…

Image tirée de l'artbook M.S. Era - Mobile Suit Gundam 0001-0080 - The Documentary Photographs Of the One-Year-War

UC 0034, photographie de commémoration de l’achèvement de Side 2 (Hatte).

Mais les contolistes refusent encore de s’aligner et contre toutes attentes Side 3 parvient à une quasi-autarcie : Deikun attribue cette réussite à la supériorité des habitants de l’espace ; car il croit que de la colonisation spatiale émergera le chaînon suivant dans l’évolution de l’Humanité, le newtype, pleinement adapté à ce nouveau milieu et dont la dextérité technique et la perception vont bien plus loin que ceux des humains normaux, un individu dont l’intuition supérieure lui permet de mieux comprendre son prochain : dans l’avenir qu’envisage Deikun, la guerre n’existe plus. Mais le ver est dans le fruit : quelques années après l’indépendance, Deikun meurt subitement d’une maladie mystérieuse. Un assassinat, murmure-t-on dans les coulisses en désignant discrètement un coupable : Degwin Sodo Zabi, l’homme le plus proche de Deikun, celui-là même qui a financé la révolution de Side 3, lui aussi un leader charismatique mais aussi un fin stratège.

Image tirée de l'artbook M.S. Era - Mobile Suit Gundam 0001-0080 - The Documentary Photographs Of the One-Year-War

Octobre UC 0068, les funérailles : Zeon Zum Deikun, créateur du contolisme et fondateur de la République de Zeon, décéda en Octobre 0068. Le cliché montre quelques proches restant sur le site de l’enterrement après la cérémonie de funérailles.

Il affirme que Deikun lui aurait confié les rênes de Zeon avant sa mort. Après trois ans de purges politiques visant pour l’essentiel les partisans de Zeon Zum sous les yeux d’une Fédération aussi impuissante qu’atterrée, la République est abolie et devient Principauté : Zabi en sera le Souverain, épaulé par son fils ainé, Gihren, autre acteur majeur de la révolution mais aussi, surtout, des « réorganisations » sociales et politiques qui s’ensuivent au cours desquelles il tisse un puissant réseau d’alliances en prévision de son propre coup d’état. Le joug du totalitarisme s’abat sur Side 3. Jimba Ral – figure centrale de l’ancienne faction de Deikun – fuit sur Terre en emmenant avec lui les enfants de Zeon Zum, le jeune Caspal Rem et sa petite sœur Artesia Som : ils seront élevés dans la haine de la famille Zabi, comme derniers instruments d’une révolution avortée…

Image tirée de l'artbook M.S. Era - Mobile Suit Gundam 0001-0080 - The Documentary Photographs Of the One-Year-War

Janvier UC 0079, les Zabi : une famille qui poussa la tyrannie jusqu’à l’holocauste.

Sur Side 3, Gihren Zabi s’octroie le titre de Supreme Comander des forces militaires de la Principauté. Il se fait aider dans cette tâche par sa sœur Kycilia et son frère Dozle ; seul Garma, le cadet de la famille, reste trop jeune pour recevoir de réelles responsabilités mais sa popularité auprès du peuple de Zeon fait de lui un outil de propagande efficace, souvent contre son gré d’ailleurs. D’une intelligence supérieure et très charismatique mais aussi mégalomane au dernier degré, Gihren va jouer sur tous les tableaux pour donner à la Principauté la puissance militaire nécessaire à la réalisation de son rêve de l’Humanité idéale. D’abord son père jadis usurpateur se voit pour toujours réduit à l’état de la marionnette qu’il a toujours été, souverain de façade renversé par une nouvelle génération d’intrigants dont son fils aîné est le leader de l’ombre.

Image tirée de l'artbook M.S. Era - Mobile Suit Gundam 0001-0080 - The Documentary Photographs Of the One-Year-War

Juin UC 0071, Gihren Zabi dans un de ses discours de manipulation de l’opinion publique. Comme la plupart des tyrans, il prit une part active à la propagande assurant la perpétuation de la monarchie.

Puis il fait lancer un ambitieux programme de développement technologique sur la base des théories révolutionnaires du physicien Y. T. Minovski dont l’institut spécialisé est installé à Side 3 depuis plus de 20 ans alors que le Supreme Comander harangue la population de la Principauté en proclamant sa théorie de la Race Maître, une odieuse déformation des idéaux contolistes : accusant la démocratie d’avoir laissé le libéralisme économique épuiser les ressources de la Terre à travers une industrialisation à outrance qui a forcé la colonisation de l’espace, soulignant la faiblesse de la Fédération alourdie par une bureaucratie toujours plus prépondérante et corrompue mais aussi responsable des pressions économiques assénées sur les habitants de l’espace qui ont ainsi été contraints de vivre dans la misère, il impose au peuple de Zeon l’idée que les spacenoids constituent la race supérieure à laquelle échoit le privilège de gouverner la sphère humaine. Les contestataires sont réduits au silence par tous les moyens ; seule une poignée parvient à s’enfuir mais dont les déclarations à la presse ne sauront pas décider la Fédération à agir. Des airs de déjà-vu en somme…

Image tirée de l'artbook M.S. Era - Mobile Suit Gundam 0001-0080 - The Documentary Photographs Of the One-Year-War

Décembre UC 0078, le cliché des gens impliqués dans la tentative d’assassinat de Gihren Zabi, qui échoua. Tous condamnés à mort, ils furent fusillés sur place immédiatement après le procès.

Maintenant jeune adulte, Caspal Rem Deikun rejoint Side 3 sous l’identité de Char Aznable créée de toutes pièces par des anciens partisans de son père restés à Zeon : pour mieux se rapprocher de la famille Zabi et trouver ainsi l’occasion d’accomplir sa vengeance, il s’engage dans l’armée de l’état totalitaire ; à l’Académie Militaire, il se lie d’amitié avec Garma Zabi. Sa sœur Artesia aussi retourne dans l’espace, sous l’identité de Sayla Mass, mais quelques années plus tard et à un tout autre endroit : le chantier fédéral de Side 7 a besoin de personnel, elle y trouve là ce qu’elle considère comme une bien meilleure occasion d’honorer la mémoire de son père, convaincue qu’il n’aurait pas apprécié cette obsession pour la vengeance. Le destin réunira le frère et la sœur dans des circonstances tragiques.

Image tirée de l'artbook M.S. Era - Mobile Suit Gundam 0001-0080 - The Documentary Photographs Of the One-Year-War

Décembre UC 0070, le Docteur Y. T. Minosky : avec les mobile suits et bien d’autres armes, la véritable nature de l’ère spatiale du Siècle Universel prend racine dans ses travaux.

Et la course à l’armement se poursuit : la physique Minovsky permet à présent l’élaboration de nouveaux dispositifs révolutionnaires qui rendent désormais obsolètes les tactiques militaires conventionnelles. Chaque pas en avant rapproche Zeon de la suprématie de sorte que la Fédération finit par réagir mais avec un temps de retard considérable : ses dirigeants ne croient pas vraiment aux innovations technologiques de la Principauté qui a su dissimuler le véritable potentiel de ses réalisations, aussi leurs projets traînent, balbutient, s’égarent alors que les premiers émigrants arrivent à Side 7 et que Zeon proclame la mobilisation générale. Le 03 janvier 0079, l’Humanité bascule dans l’effroyable holocauste de la Guerre d’Un An.

Image tirée de l'artbook M.S. Era - Mobile Suit Gundam 0001-0080 - The Documentary Photographs Of the One-Year-War

Mai UC 0070, la naissance des mobile suits : La fusion révolutionnaire de deux concepts, véhicules manœuvriers orbitaux et système AMBAC, engendra la machine anthropomorphe géante.

Zeon positionne ses troupes et déclare la guerre à la Fédération : trois minutes après, les défenses de Luna II sont oblitérées par la flotte de la Principauté. C’est le début de cette période du conflit appelé Guerre d’Une Semaine durant lequel Zeon mène des attaques surprises contre les colonies de Side 1, 2 et 4 dont les populations sont massacrées par des frappes nucléaires, bactériologiques et chimiques. Ceci afin de s’emparer de plusieurs de ces colonies pour les détourner de leur orbite et bombarder la Terre depuis l’espace : cette Opération British, qui vise les grandes capitales et autres centres névralgiques de la Fédération, anéantit New-York et provoque des bouleversements climatiques sur l’ensemble de la planète, en particulier les régions agricoles d’Amérique du Nord, garde-manger principal des earthnoids.

Image tirée de l'artbook M.S. Era - Mobile Suit Gundam 0001-0080 - The Documentary Photographs Of the One-Year-War

15 Janvier UC 0079, la Bataille de Loum : un vaisseau fédéral subit une attaque-éclair de MS Zaku, une nouvelle arme de Zeon. Cette bataille mit un terme à l’ancien équilibre des forces et ouvrit une nouvelle ère de la guerre spatiale.

Les forces fédérales survivantes se rassemblent à Side 5 pour mener une contre-offensive mais la Bataille de Loum verra leur flotte écrasée et ses meilleurs éléments décimés. Le commandant en chef de la flotte fédérale, le Général Revil, est fait prisonnier. Alors que les soldats de la Fédération sont en pleine débâcle, un grand nombre de jeunes et talentueux pilotes de Zeon sont honorés comme as, surtout pour servir la propagande de la Principauté mais qu’importe : l’un d’eux, un certain Char Aznable, y gagne le surnom de « Comète Rouge » qui terrorisera bien des soldats… En à peine moins d’un mois, le conflit a exténué les deux camps et anéanti la moitié de la population humaine, soit plus de cinq milliards de victimes.

Image tirée de l'artbook M.S. Era - Mobile Suit Gundam 0001-0080 - The Documentary Photographs Of the One-Year-War

Janvier UC 0079, cessez-le-feu : au moment de la signature du Traité Antarctique, des rumeurs circulaient parmi les soldats des deux camps que le conflit touchait à sa fin.

Fin janvier, la Fédération demande une trêve et les deux état-majors se retrouvent à la base fédérale de l’Antarctique afin de négocier l’armistice. C’est à ce moment que le General Revil parvient à s’évader et prononce un discours public qui aura une influence décisive sur l’avenir de la guerre : il affirme que Zeon est épuisé, que leurs ressources sont très limitées et qu’ils n’ont personne digne d’un vrai combattant. Son témoignage galvanise le moral des troupes fédérales en leur faisant entrevoir une issue. Alors les pourparlers de paix tournent court et l’armistice devient le Traité Antarctique qui interdit pour la suite des événements l’usage des armes de destruction massive tout en assurant une non-agression mutuelle des missions de collecte et de transport d’Hélium 3 ainsi que la neutralité de Side 6 et des cités lunaires.

Image tirée de l'artbook M.S. Era - Mobile Suit Gundam 0001-0080 - The Documentary Photographs Of the One-Year-War

Janvier UC 0079, raid aérien.

Mais en réduisant le champ des options stratégiques, l’accord donne l’avantage à Zeon dont les plans reposent surtout sur cette supériorité technologique qui leur a déjà assuré la suprématie durant la Bataille de Loum. Et à ceci s’ajoutent les perturbations climatiques consécutives à l’Opération British, qui perturbent les appareils de détection des fédéraux en laissant ainsi le champ libre aux forces de la Principauté : une semaine après la signature du Traité Antarctique, Zeon commence son assaut de la planète ; cette Force d’Attaque de la Terre est dirigée par le jeune Garma Zabi dans l’ombre duquel rôde toujours Char Aznable.

Image tirée de l'artbook M.S. Era - Mobile Suit Gundam 0001-0080 - The Documentary Photographs Of the One-Year-War

Février UC 0079, Paris occupée.

En l’espace de quelques mois, les défenses de la Fédération sont balayées. D’abord en Asie Centrale où Zeon s’empare de l’astroport de Baikonour avant de se diriger vers la Mer Caspienne pour s’approprier le gigantesque complexe industriel d’Odessa et entamer l’offensive sur l’Europe et le Moyen-Orient. Puis sur l’Amérique du Nord pour s’emparer à la fois des complexes militaires industriels mais aussi des réserves de nourriture et surtout de la Base Californie qui servira de centre névralgique pour le reste des opérations ; aussitôt conquises, ces positions sont converties en centres de production entièrement dédiés à l’effort de guerre.

Image tirée de l'artbook M.S. Era - Mobile Suit Gundam 0001-0080 - The Documentary Photographs Of the One-Year-War

30 Mars UC 0079, des Zakus tout juste complétés.

Ensuite, les îles les plus importantes d’Océanie sont occupées pour l’obtention de ressources ; à ce point du conflit, Zeon a complétement surmonté le handicap des limites de ses exploitations minières spatiales et lunaires. Enfin, les étendues désertiques d’Afrique du nord sont envahies à leur tour. Avec des usines, de la nourriture et des ressources à sa disposition, la Principauté semble impossible à arrêter. Pour parachever le tout, Zeon complète sa ligne de défense spatiale et ouvre l’Institut Flanagan chargé de trouver un usage militaire potentiel au concept newtype, assassinant du même coup les théories contolistes supposées ouvrir la voie vers un monde meilleur…

Image tirée de l'artbook M.S. Era - Mobile Suit Gundam 0001-0080 - The Documentary Photographs Of the One-Year-War

Mars UC 0079, des troupes d’infanterie de Zeon en marche près de Poznan, en Pologne.

Mais la Fédération est maintenant convaincue de la supériorité tactique de la technologie de Zeon et charge ses ingénieurs de terminer la mise au point des appareils dont la conception avait été entamée juste avant le conflit. Durant le printemps et l’été 0079, alors que Zeon achève de consolider ses positions, la Fédération non seulement rattrape mais dépasse le niveau technologique de son ennemi. Leur premier succès consiste à miniaturiser les armes à faisceau qui peuvent maintenant équiper des unités de combat tactiques ; mais celles-ci restent encore à fabriquer.

Image tirée de l'artbook M.S. Era - Mobile Suit Gundam 0001-0080 - The Documentary Photographs Of the One-Year-War

5 Septembre 0079, le mobile suit blanc photographié à Side 7. Il semble que la Fédération avait déjà commencé à déployer des mobile suits sur le théâtre des opérations. L’engin représenté ici était supposé être un prototype.

Leur première série de mobile suits, des appareils de type GM, ne correspond pas tout à fait à leurs attentes, alors le développement se poursuit. Le premier prototype, le RX-77, conçu pour disposer d’une puissance de frappe massive, reste une réussite relative en raison d’un certain manque de versatilité au contact et surtout de manœuvrabilité en général. C’est le second modèle, le RX-78, qui répond aux attentes des militaires de la Fédération comme véhicule de combat rapproché, et d’une façon surprenante, car ce General purpose Utility Non-Discontinuity Augmentation Maneuvering weapon system (1) se montre aussi efficace de prés avec des armes de mêlée que de loin avec des armes à faisceau de gros calibre. En manque d’inspiration, on se sert des initiales de son nom de projet pour le baptiser : il est appelé Gundam.

Image tirée de l'artbook M.S. Era - Mobile Suit Gundam 0001-0080 - The Documentary Photographs Of the One-Year-War

Fin Octobre UC 0079, un instantané de l’équipage du Pegasus. Le garçon tout à droite est le jeune as Amuro Ray. La dame au centre était le Lieutenant Matilda Ajan du Corps de Ravitaillement : peu de temps après ce cliché, elle tombait au champ d’honneur. (2)

En août 0079, ces prototypes sont acheminés à la nouvelle colonie de Side 7 à bord d’un type de vaisseau de transport spécialisé, le Pegasus, afin de commencer leurs tests d’évaluation pour en obtenir les données qui rendront possible la production de masse du modèle définitif. À bord de ce croiseur léger spécialement conçu pour le champ de bataille du Siècle Universel, un équipage composé surtout de jeunes recrues sans expérience du champ de bataille et dont l’entrainement intensif vise à leur apprendre le pilotage de ces nouveaux systèmes de combat. L’un de ces soldats s’appelle Amuro Ray, que sa mère abandonna quand son père fut forcé d’émigrer vers l’espace.

À la mi-septembre 0079, les appareils de la Force Spéciale de la Principauté dirigés par Char Aznable, à présent Lieutnant Commander, s’approchent discrètement de Side 7 afin d’évaluer l’état du chantier. Remarquant une activité suspecte, il décide d’investiguer mais l’équipe de reconnaissance qu’il y envoie se fait décimer et un seul de ses pilotes en revient, contraint de battre en retraite : pour la première fois dans l’Histoire avait eu lieu une bataille de mobile suits et celle-ci avait tourné en défaveur de Zeon, ouvrant du même coup un nouveau chapitre sanglant de la Guerre d’Un An

Suite du dossier (L’auteur : a. Les débuts)

Image tirée de l'artbook M.S. Era - Mobile Suit Gundam 0001-0080 - The Documentary Photographs Of the One-Year-War

Illustrations et légendes (3) tirées de l’artbook officiel M.S. Era Popular Edition – Mobile Suit Gundam 0001-0080 – The Documentary Photographs Of the One-Year-War© Mediaworks, 2008, 1,500 ¥ (env. 15 €), ISBN : 978-4-840-24239-4.

(1) Abreviations used in “Gundam” : glossaire publié dans le premier numéro du magazine Mecha Press (Ianus / New Order Publications, janvier-février 1992, p.16).

(2) en fait, cette photo n’existe pas dans le roman de Mobile Suit Gundam mais la place qu’occupe le personnage de Matilda Ajan dans le cœur des fans me conforte dans l’idée que cette illustration peut figurer ici : prenez-le donc comme une concession aux aficionados de la première heure…

(3) à l’exception de la vignette datée de juin UC 0071 : la légende qui l’accompagne est une invention de ma part pour mieux illustrer le paragraphe correspondant ; l’image, par contre, est bien tirée du même artbook officiel.

Note :

Les mieux informés parmi vous auront certainement remarqué que certaines dates ne coïncident pas avec celles de la série TV originale, et notamment l’année du décès de Zeon Zum Deikun : ce dossier concernant le roman de Mobile Suit Gundam, cette chronologie reprend les dates indiquées dans l’ouvrage écrit par Tomino qui diffère de la série sur certains points, dont l’âge des protagonistes principaux par exemple.

Sommaire :

1. Introduction
2. L’univers de Gundam (le présent billet)
3. L’auteur
4. L’innovation
5. La colonisation de l’espace
6. La métaphore
7. Le newtype
8. Conclusion et sources

19 Responses to “Mobile Suit Gundam : Author’s Cut (2)”


  1. 1 Tetho 31 janvier 2011 à 04:13

    Juste une remarque : Si tu parles bien des romans, le vaisseau des héros est le Pegasus de classe White Base et non l’inverse comme dans l’anime. Et la photo avec Matildaaaaaa-saaaaaaaan n’y existe pas non plus ;)

  2. 2 Guilhem 31 janvier 2011 à 14:45

    Il me semblait bien que j’oubliais un détail : merci pour le rappel, c’est corrigé…

    Quant à Matilda, je la laisse pour des raisons que tu n’auras aucun mal à comprendre ^^


  1. 1 Mobile Suit Gundam : Author’s Cut (1) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 26 janvier 2011 à 17:43
  2. 2 Mobile Suit Gundam : Author’s Cut (3a) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 25 février 2011 à 11:34
  3. 3 Mobile Suit Gundam : Author’s Cut (3b) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 2 mai 2011 à 11:33
  4. 4 Mobile Suit Gundam : Author’s Cut (3c) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 6 juin 2011 à 11:37
  5. 5 Mobile Suit Gundam : Author’s Cut (3d) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 11 juillet 2011 à 11:11
  6. 6 Mobile Suit Gundam : Author’s Cut (3e) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 15 août 2011 à 11:02
  7. 7 Mobile Suit Gundam : Author’s Cut (4a) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 19 septembre 2011 à 11:03
  8. 8 Mobile Suit Gundam : Author’s Cut (4c) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 5 mars 2012 à 11:01
  9. 9 Mobile Suit Gundam : Author’s Cut (3b) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 13 novembre 2012 à 14:28
  10. 10 Mobile Suit Gundam : Author’s Cut (4a) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 13 novembre 2012 à 14:30
  11. 11 Mobile Suit Gundam : Author’s Cut (4b) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 13 novembre 2012 à 14:31
  12. 12 Mobile Suit Gundam : Author’s Cut (5a) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 13 novembre 2012 à 14:33
  13. 13 Mobile Suit Gundam : Author’s Cut (5b) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 13 novembre 2012 à 14:33
  14. 14 Mobile Suit Gundam : Author’s Cut (6) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 13 novembre 2012 à 14:35
  15. 15 Page non trouvée « Le Dino Bleu Rétrolien sur 13 novembre 2012 à 14:38
  16. 16 Mobile Suit Gundam : Author’s Cut (7) « Le Dino Bleu Rétrolien sur 4 février 2013 à 11:01
  17. 17 Mobile Suit Gundam : Author’s Cut (fin) | Le Dino Bleu Rétrolien sur 29 avril 2013 à 11:00

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre e-mail :


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 90 autres abonnés

%d bloggers like this: