Vandread – Saison 2

Jaquette DVD de l'édition intégrale de la seconde saison de la série TV VandreadL’odyssée se poursuit pour l’équipage du Nirvana et leurs mondes d’origine respectifs ne se trouvent plus très loin lorsqu’une capsule d’hibernation croise leur route : à l’intérieur, une jeune fille prénommée Misty qui ne semble pas du tout étonnée de voir des hommes et des femmes cohabiter… La découverte de cette jeune fille va un peu bousculer la vie de chacun à bord mais aussi amener de surprenantes révélations sur l’origine véritable des êtres humains et de leur terrible ennemi moissonneur de peuples.

Au milieu de ce tumulte, Hibiki trouvera enfin sa vérité propre, qui amènera l’avènement de l’ultime Vandread…

Si cette suite de Vandread (Takeshi Mori ; 2000) se présente comme moins drôle que l’opus précédent, l’accent se voit ici mis sur l’action et les personnages. L’introduction de Misty n’en sera pas le principal élément cependant, malgré quelques dérangements somme toute assez attendus dans la « relation » de Dita et Hibiki ; à ce sujet, on aurait apprécié un approfondissement des relations de ce dernier avec ses autres « admiratrices » mais celles-ci ne dépasseront pas le stade de la première partie.

Si les quelques escales du Nirvana sur divers mondes et planètes ne vont pas sans rappeler les productions Star Trek – et il y a de plus mauvaises références du genre selon moi –, ces épisodes servent en fait davantage à cerner l’univers de Vandread qu’à compléter le quota d’épisodes avec des épisodes de remplissage ; le concept de base de la série, à savoir le clivage hommes-femmes, tend hélas à s’y perdre un peu et c’est dommage car l’idée ne manquait pas d’intérêt – mais Vandread ne se veut pas un anime donnant une réelle matière à réflexion de toutes façons… Quant aux origines de ce clivage, elles restent plus survolées qu’autre chose : ceux d’entre vous friands de speculative fiction (1), ou tout autre procédé de construction d’un système social atypique dans un univers de science-fiction, risquent de s’en trouver déçus.

Il reste néanmoins une qualité de réalisation plutôt supérieure à celle de la première partie du récit, surtout au niveau de l’infographie même si cette dernière aurait encore gagné à plus de discrétion. Le final, assez surprenant, ne va pas sans rappeler les climax de productions telles que la plupart des séries Gundam ou The Super Dimension Fortress Macross (Noboru Ishiguro ; 1982), parmi d’autres, mais avec le « sérieux » en moins – un changement qui colle assez bien à l’esprit de Vandread mais qui tend à laisser le spectateur un peu sur sa faim.

C’est donc une conclusion adéquate et menée avec une certaine adresse, qui ravira les fans mais aussi, peut-être, les autres…

(1) nom donné à cette branche de la science-fiction qui examine les répercussions possibles sur les systèmes sociaux des sciences au sens large, soit les sciences dites « dures » – telles que la physique et la biologie, ou tout autre science exacte – mais aussi les sciences dites « molles » – comme la linguistique et l’ethnologie, ou tout autre science humaine.

Notes :

Le capitaine du vaisseau tarakien Todoroki, qui apparaît dans les derniers épisodes de cette série, ressemble au personnage de Bright Noa dans Mobile Suit Gundam (Yoshiyuki Tomino ; 1979). Le même seiyû prête d’ailleurs sa voix à ces deux personnages.

Vandread – Saison 2 (Vandread: The Second Stage), Takeshi Mori, 2001
AB Vidéo, 2008
13 épisodes, env. 40 €

Cette chronique fut à l’origine publiée sur le site Animeka

0 Responses to “Vandread – Saison 2”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre e-mail :


%d blogueurs aiment cette page :