They Were Eleven

Jaquette DVD de l'édition américaine de They Were ElevenDans ce lointain futur, l’Humanité a essaimé dans l’univers jusqu’à peupler les planètes les plus exotiques, jusqu’à rencontrer les formes d’intelligence les plus diverses. Après de nombreux siècles de guerres et de paix, les différentes nations planétaires ont établi une coexistence pacifique avec le Traité d’Alliance Interstellaire. Pour sceller leur volonté d’entraide et de partage, ces cultures ont fondé Cosmo Academy plus d’un siècle auparavant, une institution chargée de former les leaders des temps à venir : les postulants viennent des quatre coins de la galaxie pour obtenir le savoir qui fera d’eux des membres d’élite de leur société respective, mais toute cette connaissance se paye au prix fort…

Tadatos Lane est un psioniciste orphelin venu de la Terre. Il s’est frayé un chemin jusqu’à la dernière épreuve d’entrée à l’académie, la plus périlleuse : son groupe de 10 cadets est embarqué à bord d’une épave orbitant autour d’une planète morte éclairée par un soleil pâle. Ils devront y survivre par leurs propres moyens pendant deux mois. Mais lorsqu’ils arrivent à bord du vaisseau abandonné, les cadets réalisent qu’ils sont en réalité 11. Alors un climat de suspicion s’installe et la tension va crescendo quand des tentatives de sabotage commencent à menacer la vie des candidats. Très vite, Tadatos devient le principal suspect…

Film original et bien mené, qui mériterait d’être mieux connu, They were 11 nous place dans un huis-clos de l’espace qui ne va pas sans rappeler les Alien et consorts pour son idée de base mais sait sortir des clichés du genre qui fleurissent à Hollywood… À le comparer à un film US, je pencherais plutôt pour Cube même si ce sont deux ambiances radicalement différente et surtout parce-que, à sa façon, They were 11 se montre plus subtil, moins « foncièrement paranoïaque » et plus dans la lignée des productions à la Star Trek où le danger est davantage la conséquence logique de la détérioration inopinée d’une situation donnée plutôt que le résultat escompté d’une expérimentation inhumaine.

La réalisation n’est pas d’une qualité exceptionnelle, même pour l’époque, mais les designs ont un petit quelque chose qui fait trés 70s et qui ne vont pas sans rappeler Cobra voire Capitaine Flam – ce qui n’a rien d’étonnant puisque ce film est l’adaptation d’un manga qui date de 1975. Quoi qu’il en soit, les nostalgiques sauront apprécier. C’est toutefois plus un film d’ambiance que d’action et les quelques événements dramatiques qui surviennent servent moins à meubler l’histoire qu’à resserrer l’étau des soupçons autour de Tadatos et à faire ainsi monter l’angoisse. Sans être d’une grande originalité, ce procédé a au moins le mérite d’être efficace : on se sent vite « proche » du personnage et concerné par son avenir au sein de ce groupe de plus en plus paranoïaque au fur et à mesure que des problèmes extérieurs toujours plus dramatiques s’ajoutent à leur situation déjà hors du commun…

Cependant, je pense que cette histoire aurait davantage trouvé sa place dans une OVA d’une bonne demi-douzaine d’épisodes au lieu d’un film d’une heure et demi, même si le visionage donne l’impression qu’il dure deux fois plus longtemps : sur les 10 autres personnages, seuls un ou deux sont correctement cernés alors que presque tous proposent un potentiel de développement psychologique certain mais malheureusement sous-exploité à cause de la longueur limitée d’une production destinée aux grandes salles. C’est dommage mais on ne boude pas son plaisir pour autant car le film présente tout de même quelques idées originales et bien menées qui savent donner de la personnalité à une idée somme toute « bateau », surtout presque 20 ans après…

Sans être ni un chef-d’œuvre, ni prétentieux, They were 11 reste un excellent moment qui saura très bien meubler une partie de soirée en comité de préférence réduit : vous ne regretterez pas d’y avoir jeté un coup d’œil.

Notes :

Ce film est une adaptation du manga éponyme de Moto Hagio paru en 1975 chez Shogakukan Productions Co., Ltd. Ce manga fut traduit et publié aux USA par Viz Media sous le titre de Four Shôjo Stories avec trois autres courts de différents auteurs, mais cette édition est actuellement épuisée.

Des rumeurs affirment que le manga original serait basé sur un conte traditionnel du Japon, une histoire de fantômes où dix enfants abandonnés à leur sort découvrent qu’ils sont en réalité onze.

They Were Eleven (Jûichi-nin iru!), Satoshi Dezaki & Tsuneo Tominaga
(œuvre originale : Moto Hagio, 1975)
Kitty Films & Victor Entertainment, 1986
91 minutes, pas d’édition française à ce jour

l’avis de Yotadelatisane
– disponibilité : import USA

Cette chronique fut à l’origine publiée sur le site Animeka

0 Responses to “They Were Eleven”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre e-mail :


%d blogueurs aiment cette page :